Comores: Mohamed Ali Soilihi et Azali Assoumani ont déposé des recours

Les candidats à la présidence et aux postes de gouverneurs aux Comores avaient jusqu'à ce mercredi 20 avril minuit pour déposer des recours. La commission électorale a annoncé la semaine dernière l'élection d'Azali Assoumani avec 40,98% des voix, juste devant le vice-président sortant Mohamed Ali Soilihi, qui a obtenu 39,87% des suffrages. Les deux camps ont déposé des recours.
Le président élu, Azali Assoumani, réclame l'annulation de onze bureaux de vote, la plupart sur l'île d'Anjouan. Le jour du vote, des bureaux avaient été saccagés par des militants qui dénonçaient des bourrages d'urnes. Des recours en annulation ont aussi été déposés car certains représentants des candidats auraient été empêchés d'accéder aux bureaux. Et enfin des recours en rectification, c'est-à-dire pour corriger des chiffres.
Dans l'autre camp, Mohamed Ali Soilihi a lui aussi saisi la Cour constitutionnelle pour trois raisons. D'abord, le vice-président sortant réclame une expertise du logiciel utilisé par la commission électorale. Ensuite, il demande l'annulation de 34 bureaux de vote en tout : sur l'île d'Anjouan à cause de violences, sur l'île de Mohéli et dans la capitale Moroni car la même signature aurait été repérée sur plusieurs procès-verbaux, parfois en tant que membre du bureau de vote, parfois en tant que représentant d'un candidat.
L'équipe de Mohamed Ali Soilihi assure également qu'à Mitsoudjé, le village du rival politique, Azali Assoumani, les résultats montrent que des personnes décédées ou bien émigrées auraient participé au vote. Le vice-président sortant demande enfin la disqualification du vice-président d'Azali Assoumani sur l'île d'Anjouan. Ils l'accusent d'avoir personnellement participé au saccage de bureaux de vote lors de l'élection.
La Cour constitutionnelle a dix jours maintenant pour se prononcer sur ces recours et proclamer les résultats définitifs des élections du 10 avril.
Par RFI 

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.