LA NATURE SE DECHAINE TOUJOURS, QUE FAIT L’ACCORD DE LA COP 21 ?



La grande messe de Paris, dite avant même sa célébration, a accouché d’une petite souris : un accord que les 196 délégations à la 21ème  Conférence des Parties sur le climat ont qualifié de mémorable, le cas de Barak OBAMA, de François HOLLANDE en dit long.

Cette conférence des Nations Unies sur le changement climatiques’est déroulée du 29 Novembre au 11 Décembre 2015 sur fond d’état d’urgence suite aux attentats terroristes survenus le 13 Novembre 2015  en France. Ce carnage qui a fait 130 morts et plus de 200 blessés n’a pas dissuadé les participants et même les militants écologistes de faire le voyage.

Les voix discordancesdu Premier Ministre indien,du Président russe Vladimir POUTINE, de Sassou N’GUESSOUet de la délégation des USA dès les premières heures de cette conférence constituaient dors et déjà des signes avant-coureur d’un accord aux pieds d’argile. Pour les uns, pas question d’un accord contraignant,pour les autres(les pays en voie de développement)ils réclament le versement de 100 Milliards de dollars représentant le montant du programme «  fond vert »  consentie par les pays développés pour aider les pays moins nantis à œuvrer pour la mise en place des mécanismes allant dans le sens des politiques axées sur des énergies renouvelables et moins polluant. Ces derniers soutiennent bec et ongle que le développement de leurs Etats ne doit pas êtresacrifié sur l’autel de la protection de l’environnement.

Douze (12) jours de conclave, de grands discours et d’intenses négociations, avec à la clé un accord (document de  pages) sensédonner aux peuples et à l’environnement un espoir de vivre. Le point clé de cet accord se résume au fait que les Etat pourront faire des efforts pour limiter à 1,5°, l’augmentation de la température à la surface de la terre à l’échéance 2030. Il n’entrera en vigueur qu’en 2020.

Le 22 Avril 2016, 175 pays ont signé le fameux accord de Paris au siège de l’ONU à New-York y compris la Chine et les Etats Unis. Un record de signatures.

Cependant le bout du tunnel est encore loin. Il faut que 55 Etats signataires représentant 55% des grands pollueurs ratifient l’accord c’est-à-dire l’intègre dans leur arsenal juridique national pour qu’il entre en vigueur.

Pendant ce temps Zimbabwe est sous l’emprise d’une sécheresse inouïe avec pour répercussion des milliers qui risquent de mourir et menacée de famine. Il en va de même pourl’Afrique du sud, l’Erythrée, et la Somalie.

Pendant ce temps les mois de Février, Mars et Avril 2016 battent le record en termes de réchauffement avec des températures atteignant des degrés incroyable (40° à l’ombre).

Pendant ce temps encore les villes de Canada sont en feu, quelque 3 000km2  partis en fumée. Des immeubles d’habitation, des forêts, des écoles, des complexes administratifs, tous disparu de la carte et laissant derrière des tonnes de cendre.

Pendant ce temps encore, la Bolivie et le Kenya continuent de chercher les morts et d’éventuels survivants dans des décombres après un tremblement de terre d’une violence inattendue.

Pendant ce temps encore, Tchernobyl resurgit dans les mémoires, une catastrophe nucléaire qui laissa le monde dans un mutisme inavoué, alors que la France et la Grande Bretagne feignent les avertissements des organisations de défense de l’environnement.

Pendant ce temps encore, les USA trouvent l’exploration du gaz de schiste normal alors que les méthodes de gisement utilisées font polémiques.

Bien évidemment la nature a ses caprices et prend des initiatives quant elle fait face à des difficultés. Les crises climatiques ne vont pas attendre que l’accord issu de la COP 21 entre en vigueur pour se plier. Les Etats doivent saisir l’opportunité pour agir et ne pas attendre que l’accord issu de la COP 21 soit promulgué d’abord car il en va de la survie de l’humanité toute entière.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.