Signature de la charte de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritime, pari gagné pour le Togo!


Les rideaux sont tombés sur le sommet de l’Union Africaine sur la sécurité, la sûreté maritime et le développement en Afrique avec à la clé l’adoption et la signature de la charte de Lomé  par 30 pays ce samedi 15 octobre. Cette première historique sur le continent est intervenue lors de la conférence extraordinaire des chefs d’état et de gouvernement de l’organisation africaine regroupant 54 pays.

Confronté aux problèmes de piraterie, de trafics d'armes, de drogues, de pêche illicite … et de pollution ou migration, le continent africain s’est donc doté d’une charte contraignante dont l’objectif premier est combattre ces fléaux afin de permettre l’éclosion de l’économie bleue, une économie incontournable dans le processus de développement.

Avec un total de 13 millions de km2 de zones économiques maritimes et 17% des ressources mondiales en eau douce, l'Afrique doit voir cette richesse comme une opportunité de développement durable, selon le président Kenyan, et du Tchadien Idriss Déby Itno, également président de l'UA. Sur 54 pays que compte l'Afrique, 38 sont des Etats côtiers.  

 90% des importations et exportations transitent par la mer et un nombre important des corridors commerciaux maritimes les plus stratégiques se trouvent dans l'espace maritime africain, selon eux.

Experts, ministres et autres ont travaillé d’arrache-pied depuis le 10 octobre pour aboutir à ce texte. Parallèlement se sont déroulés les sides events (activités parallèles), qui ont été très constructifs tant par les thématiques qui ont fait objet de réflexions que par des expositions de savoir-faire en matière de sécurité et sûreté maritime.

La charte propose de coordonner les actions entre les pays du continent pour lutter contre la piraterie et les trafics de drogue, d'armes et d'êtres humains sur les côtes africaines.
Le document va s’intégrer à la Stratégie africaine intégrée pour les mers et pour les océans à l'horizon 2050 (adoptée en 2012).
17 chefs d’Etat ont répondu à l’invitation du Togo pour la conférence de l’Union africaine sur la sécurité maritime.

Ce sommet extraordinaire est certes une victoire diplomatique pour le Togo, cependant le chemin reste encore long quand on se réfère à la problématique du financement des moyens logistiques, techniques et humains, de la ratification de cette charte et de son entrée en vigueur, mais aussi sa traduction dans les faits.


In fine, il ne faut donc pas perdre de vue que cette charte de Lomé n’est qu’un cadre juridique, donc la partie émergée de l’iceberg.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.