Alep: appel de six capitales à un «cessez-le-feu immédiat»

Face à l'offensive menée à Alep par les forces gouvernementales syriennes, l'impuissance des pays proches de l'opposition syrienne est patente. Malgré tout, ces pays n'ont pas abandonné tout espoir de parvenir à un cessez-le-feu. C'est le sens de l'appel lancé ce mercredi par la France et par cinq autres pays occidentaux, dont les Etats-Unis.
La déclaration est signée par la France et les Etats-Unis, mais aussi par l'Allemagne, l'Italie, le Royaume-Uni et le Canada. Les six pays réclament d'abord un cessez-le-feu immédiat, devant la catastrophe humanitaire qui se déroule à Alep et ils condamnent dans des termes très forts les actions du régime syrien et de ses alliés.

Pour obtenir ce cessez-le-feu, les six pays brandissent la menace de sanctions supplémentaires à l'encontre du régime syrien et de ceux qui agissent pour son compte.
Cet appel et ces menaces peuvent ils aboutir sur une solution négociée ? A priori non, tant le régime semble décidé à aller jusqu'au bout de son offensive. Autre obstacle qu'il sera très difficile de surmonter : Damas et Moscou posent en préalable à une solution négociée un départ des combattants rebelles les plus radicaux - ce à quoi la rébellion s'est pour l'instant refusée.

Cet appel risque donc malheureusement de rester lettre morte et le martyre d'Alep risque lui aussi de se prolonger.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.