Crise dans l’éducation au Togo : Gilbert Bawara maintient sa position de non négociation avec les syndicats des enseignants




Sur les ondes de victoire Fm ce matin, le ministre en charge de la Fonction publique et des Réformes administratives n’a eu de ménagement à l’endroit des 4 syndicats des enseignants grévistes. Dimanche passé, Gilbert Bawara, tellement attendu sur la question dans une émission débat sur Pyramide Fm, a esquivé la rencontre à la dernière minute, arguant un empêchement. D’aucuns crurent que l’homme tentait de se mettre à l’abri des critiques qui pleuvaient sur sa personne, suite à ses précédentes sorties médiatiques. Mais c’est mal connaître l’homme de Siou.

« Aucun autre cadre de discussion ne sera ouvert avec les quelconques syndicats ! », a martelé sur un ton ferme Gilbert Bawara ce matin. Visiblement, la position n’a pas changé. Ce ministre très proche de Faure Gnassingbé, estime que « le Cadre Permanent de Concertation est le seul cadre par excellence et que, pour tous ceux qui veulent des échanges fructueux et remplissent les conditions, le gouvernement est largement ouvert pour les discussions ».

Ces propos jugés intimidateurs, Gilbert Bawara les a entamés la semaine dernière avec le soutien de son homologue des Enseignements Primaire et Secondaire Komi Tchakpélé sur les plateaux de la télévision nationale. Les deux émissaires du gouvernement, face à la plateforme revendicative de 4 syndicats des enseignants, ont refusé toute négociation, arguant que ces syndicats n’avaient aucune base légale.

Prélèvements sur salaires sur la base des heures de grève, menaces de sécuriser les établissements avec le concours des Forces de l’ordre et de sécurité pour les enseignants qui souhaitent travailler, sans compter le concours de recrutement de 1000 nouveaux enseignants, il n’en fallait pas plus pour que les 4 syndicats meneurs de la grève se sentent menacés.

Comme corolaire, ces derniers reconduisent de façon intempestive le mot d’ordre de grève, déclarant les cours devant se dérouler aux heures de débrayage comme faits. Voilà qui jette les élèves dans la rue pour réclamer les cours.

Sur toute l’étendue du territoire, les élèves arpentent les rues depuis quelques semaines. Des échauffourées par endroits ont entrainé des blessés et des dégâts matériels. Les compositions du premier trimestre n’ont pu tenir dans cette ambiance, dans certains établissements scolaires.

Au-delà de tout, c’est l’indifférence du gouvernement qui sidère plus d’un. Pour Gilbert Bawara, les enseignants sont dans une logique de chantage. « La grève de provocation ne sera pas acceptée. Celui qui fait grève, reste à la maison ! Le gouvernement va préserver la sécurité des établissements, des enseignants et des élèves en prenant toutes les dispositions idoines. Les contrôles dans le secteur public seront plus rigoureux et minutieux, et les précomptes faits » a-t-il menacé.

Voilà comment le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives exprime au nom du gouvernement sa reconnaissance au travail abattu par ces enseignants dans des conditions difficiles, puisque selon Gilbert Bawara, « le Togo dispose de 30 000 enseignants qui travaillent dans des conditions et la nation leur doit reconnaissance ».

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.