Togo : Le programme PUDC fin prêt pour son envole


Le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) lancé en juin 2016 par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé à Mandouri (dans la préfecture de Kpendjal) a l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Dans le processus de la mise œuvre de ce projet ambitieux du gouvernement, une convention a été signée le mardi 29 novembre 2016 à Lomé.

Ladite convention a été signée d'une part entre Mme Tomégah Dogbé, ministre du développement a la base, et Mme Kardiaka Lo N'diaye, Représentante résidente du PNUD au Togo, et d'autre part entre les chefs des communautés bénéficiaires et la ministre.

C’était en présence des préfets et des responsables des communautés bénéficiaires du PUDC.

Améliorer les conditions de vie des populations vivant dans les zones mal desservies par les infrastructures et services sociaux et économiques de base et de réduction des inégalités sociales au Togo, tel est l’objectif que vise ce projet piloté par l’Agence Nationale de Développement à la Base (ANADEB) sous la coupole du ministère du Développement à la Base.

Le projet a au total 4 composantes qui seront exécutés dans plusieurs préfectures du pays. Selon le coordinateur national du PUDC, Ali Tagba, la signature de cette convention entre le ministère du développement à la base et les représentants des populations à la base s'inscrivent dans le cadre de l’exécution des composantes 1 et 2 du PUDC. Ces deux composantes visent à développer et renforcer l'accès des populations aux infrastructures et équipements sociaux économiques de base ; et à renforcer les capacités institutionnelles des acteurs nationaux et locaux.

Avec cette signature, le PNUD a confié les activités du PUDC au ministère du Développement à la base, qui par son bras opérationnel, ANADEB, procédera à la construction des marchés préfectoraux et cantonaux, des forages photovoltaïques, des blocs de latrines modernes, des maisons des jeunes ou de la femme, etc.

Ils sont au total 22 communautés retenues dans les préfectures de l’Oti, de Dankpen, du Sotouboua, de l’Est-Mono, de la Kozah, de Blitta, de Haho et du Golfe, à bénéficier de ces joyaux communautaires (sic).

Pour la réalisation effective de ces infrastructures, le PUDC a mis à la disposition de l'ANADEB une somme de 2,1 milliards de francs CFA.

Les représentants de ces 22 communautés bénéficiaires pour leur part, s’engagent déjà à mettre à la disposition de l’ANADEB, un terrain (garantissant une utilisation légale) pour la mise en œuvre du projet. Ceci pour éviter toute contestation ultérieure.

Selon l’ANADEB, les chantiers vont démarrer bientôt et dureront au moins 1 an.


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.