Togo: La lutte contre le diabète au cœur du deuxième congrès annuel de l’Association Naitre et vivre en Afrique


C’est au tour du thème « le diabète dans tous ses aspects » que se déroule le deuxième congrès annuel de l’Association Naitre et vivre en Afrique, une association composé essentiellement de médecins togolais résidents en France.

Par cette assise, l’Association Naitre et vivre en Afrique entend renforcer les capacités des acteurs togolais en matière de santé, notamment infirmiers et médecins, pour une meilleure prise en charge des malades. En choisissant le diabète comme pathologie d’études, les médecins de l’Association Naitre et vivre en Afrique compte donc apporter leur expertise à leurs collègues du Togo en ce qui le diagnostic, le traitement et la prévention de cette maladie non transmissible qu’on qualifie de « tueur silencieux ».

En effet, les travaux ont débuté depuis mercredi et ont pris fin  ce vendredi 27 janvier. Plusieurs questions ont été abordées : les aspects épidémiologiques du diabète en Afrique et au Togo, le diabète de l’adulte, du jeune et de l’enfant, aspects cliniques et conduites à tenir, rôle des médecins généralistes dans le suivi du patient diabétique au Togo.

Aujourd’hui, ils sont nombreux ces togolais qui souffrent du diabète et dont la majorité ne se rend même pas compte.

« Les maladies non transmissibles sont de plus en plus croissantes et pas très valorisées jusqu’à présent. Il nous a paru nécessaire, pour pouvoir travailler avec les acteurs locaux c’est-à-dire nos collègues togolais, de choisir un sujet qui fédère donc toutes les spécialités travaillent, un sujet qui sert d’intersection. Le  diabète, à notre avis, est l’un de ces sujets » a fait remarquer le président de l’Association Naitre et vivre en Afrique, le Docteur Michel TOSSOU.

Le Ministre de la santé, Professeur Moustafa MIDIYAWA, a exprimé son admiration quant aux objectifs que s’assigne l’association notamment œuvrer pour le bien-être des populations : « Si on a des compatriotes qui restent arrachés à certaines valeurs de solidarité, nous ne

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.