Togo : L’initiative 'Kilimandjaro' vulgarisée par le GF2D


Après la rencontre de plusieurs organisations militant pour les droits des femmes, à Roussi en Tanzanie, où la charte des femmes rurales africaine a été adoptée, l’heure est à sa vulgarisation. Le Togo y était représenté par le Groupe de réflexion et d’action Femme, Démocratie et Développement (GF2D). Après cette rencontre, un atelier a été organisé hier par le GF2D afin de restituer les travaux de la rencontre.

L’initiative de Tanzanie dénommée « Kilimandjaro, femmes au sommet du monde » a eu lieu du 14 au 16 octobre 2016. Elle est née de la rencontre de 15 femmes à Dar Es Salam en 2012. Ces femmes s’étaient donc réunies pour réfléchir sur les droits des femmes rurales en Afrique et leur accès à la terre.

« Soutenir le droit de la femme », c’est le thème de l’atelier organisé par le GF2D en partenariat avec Wildaf Afrique de l’Ouest. L’objectif est d’amener tous les défenseurs des droits des femmes à s’approprier le contenu de l’initiative Kilimandjaro en vue de sa vulgarisation.

Pour Vanessa Adoko, Assistante Programme à Wildaf Afrique de l’Ouest, « ce sont les femmes rurales qui cultivent plus la terre, mais elles ne sont pas propriétaires. Soit elles travaillent dans le champ de leur mari ou d’autrui. Elles utilisent plus leur force, mais ne sont pas récompensées ».

Concernant l’accès à la terre, le GF2D dénonce le droit coutumier qui refuse aux femmes les propriétés. « Le constat est que les femmes ont toujours un accès difficile aux ressources de production, notamment la terre », a déploré Sophie Akpama, la Coordinatrice par intérim du GF2D.

La charte comporte 15 demandes qui sont essentielles pour l’amélioration de la vie des femmes rurales. C’est cette charte qui permettra les lobbyings, les plaidoyers auprès des pouvoirs publics et politiques pour la prise en compte des femmes rurales des difficultés qu’elles rencontrent au quotidien.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.