L'éducation togolaise en perte de vitesse


Quel sors réservé au secteur de l’éducation au Togo ? La question mérite d’être posée si l’on se réfère aux grèves qu’observent les enseignants depuis le début de cette année scolaire 2016-2017 et la façon dont les élèves se déversent dans les rues pour protester contre ces multiples cas de mouvements de déblayage.

Hier à Lomé comme dans d’autres villes de l’intérieur du Togo, cette situation à une fois encore été observée suit à la grève de 72 et 48 heures lancées respectivement par la coordination des syndicats de l'éducation du Togo CSET et la fédération des syndicats de l'éducation nationale FESEN et qui a eu comme point culminant la fermeture de certains établissements scolaires par les autorités régionales en charge de l’éducation. L'éducation togolaise a du plomb dans l'ail.

A quoi doit-on donc s’attendre les jours à venir ? 

Une seule certitude aujourd’hui est que ces grèves récurrentes auront un impact négatif sur le chronogramme de l’année scolaire, le niveau des élèves ainsi que leur intégrité physique. 

Vivement que les acteurs en conflit puissent trouver un modus vivendi pour éviter que le secteur de l’éducation ne s’assombrisse définitivement car il en va du développement du Togo.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.