Faire du premier sommet Israël-Afrique, une « parfaite réussite »


Annoncé pour octobre 2017 au Togo, le premier sommet Israël-Afrique marque l’intérêt «croissant et diplomatique» d’un partenaire nouveau et discret de l’Afrique à participer à la construction de ce continent.


L’initiative, cependant a été largement inspirée par le Togo, second partenaire commercial en 2013 d’Israël en Afrique après l’Afrique du Sud. L’intérêt de l'État hébreu, c’est de travailler à se rapprocher de l’Afrique et rattraper son retard sur les partenaires traditionnels du continent noir que sont la France, les Etats-Unis, l’Inde, la Chine et la Turquie.

A travers ce sommet, Tel-Aviv entend confirmer son retour diplomatique en terres africaines, un retour marqué en 2009 par la première grande tournée africaine du ministre des Affaires étrangères israélien, Avidgor Lieberman. Un exercice de rapprochement qui s'est répété en 2014. Cette fois au Rwanda, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Ethiopie et au Kenya. « Pendant des années, l’Afrique n’avait pas été considérée comme un enjeu important dans la politique israélienne », se désole le chercheur Israélien, Ely Karmon de l'Institut pour la lutte contre le terrorisme.

Robert Dussey, le chef de la diplomatie togolaise travaille d’arrache-pied à faire de ce premier rendez-vous de l’Afrique avec Israël, une « parfaite réussite » malgré les relations parfois difficiles qui existent entre certains pays africains et l'État hébreu. Une trentaine de délégations africaines sont attendues à Lomé, rapportent de sources diplomatiques.

Depuis 1973, nombreux sont les pays africains qui ont rompu leurs relations avec Israël à la suite de la guerre du Kippour et l’appel de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) à être solidaire avec les pays arabes.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.