La Journée mondiale de la sécurité et santé au travail célébrée ce 28 Avril

Eviter les accidents de travail et les maladies professionnelles, bref la sécurité au travail, le sujet a retenu l'attention ce 28 avril dans le monde et ceci dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la sécurité et santé au travail.

Pour marquer cette journée au Togo, la coordination nationale de la fédération internationale des travailleurs du Togo ITF-Togo a organisé une conférence-débat à Lomé sur le thème " Promouvoir la culture de la sécurité et santé au travail ". 
La coordination a, par cette occasion, sensibilisé les travailleurs sur les mesures à observer pour éviter les accidents de travail et les maladies professionnelles.

" La sécurité et santé au travail , partout dans le monde, est un problème qui interpelle les responsables syndicaux, par ce que les études du BIT ont montré que chaque jour, des centaines et des milliers des travailleurs perdent leur vie dans l'exercice de leurs activités suite à des accidents de travail ou des maladies professionnelles. Il s'avère donc important de sensibiliser les camarades travailleurs sur la prévention de ces risques professionnels, leur inculquer la culture de la santé et sécurité au travail afin qu'ils prennent des mesures pour éviter des accidents de travail et éviter également de contracter des maladies professionnelles ", a insiste Mr Emmanuel Agbénou, Coordonnateur national de l'ITF-Togo.

En cette Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail , l’OIT souligne la nécessité urgente d’améliorer considérablement la qualité des données sur la sécurité et la santé au travail (SST) au niveau national. 

Selon les estimations, on dénombre tous les ans plus de 2,3 millions de décès et 300 millions d’accidents provoquant des blessures sur le lieu de travail. Mais ces estimations ne rendent pas parfaitement compte de l’ampleur du problème, ni de l’incidence réelle des accidents du travail et des maladies professionnelles sur les travailleurs et leurs familles et sur l’activité économique. 

" Nous avons besoin de données nationales de meilleure qualité pour mieux comprendre les divers aspects et les conséquences des accidents du travail et des lésions et maladies professionnelles et pour étayer des politiques et des stratégies permettant de disposer de lieux de travail sûrs et salubres ", a déclaré le Directeur Général du BIT M. Luc Cortebeeck.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.