Pour une CEDEAO sans trypanosomiase

Lomé abrite depuis ce mardi 13 juin la quatrième réunion de monitoring sur l'élimination de la trypanosomiase humaine africaine dans les pays endémiques de l'Afrique de l'ouest. Cette rencontre vise à faire le point des activités de surveillance efficace et intégrée amorcée depuis 2010 au Bénin et au Togo. 

Ce système simple de surveillance a permis de collecter des données réelles en ce qui concerne les stratégies utilisées pour venir à bout de la trypanosomiase dans ces deux pays pilotes. A l'issu de ce rendez-vous, les participants devront formuler des recommandations susceptibles d’être capitalisées dans d'autres pays de la sous-région ouest-africaine.

Connue sous le nom de la maladie du sommeil, la trypanosomiase humaine africaine fait partie des maladies tropicales négligées et est la seule maladie parasitaire à transmission vectorielle. Le nombre de cas dépistés est descendu sous la barre de 10 000 depuis 2009. En 2015, ce sont moins de 3 000 cas qui ont été diagnostiqués, une tendance à encourager donc Le Togo quant à lui n'a plus connu de cas  confirmé, ce qui ne signifie pas que la maladie est éliminée pour autant. 

" Le Bénin et le Togo ont initié une surveillance sentinelle qui a porté ses fruits. La trypanosomiase touche à la fois le bétail et l'homme, donc il est important que les efforts se poursuivent. Les pays qui sont concernés se doivent d'auto-évaluer leur marche et voire quelles sont les interventions complémentaires qui pourraient être développer pour l'élimination complète de la maladie ", a souligné Docteur Lucile Emboua, Représentante-résidente de l'OMS au Togo.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.