Revue de presse du 21 juillet 2017


Supposée tension à l’Union pour la République (UNIR), le parti de Faure Gnassingbé, une finale d’Evala terminée dans la confusion…, sont entre autres sujets traités par les journaux de ce jour.

Il y aurait une crise à UNIR, le parti présidentiel. Distillée dans l’opinion par un journal proche du pouvoir, cette information anime les débats. Sauf que certains ne croient pas du tout à une quelconque crise dans ce parti qui opposerait les caciques aux réformistes.

Sur le sujet L’Alternative titre: Politique: "CENI technique, prétendues tensions à UNIR… une diversion pour occulter les sujets majeurs ». Selon ce bihebdomadaire, « la seule et unique guerre de clans qui oppose les individus au sein du système n’est pas liée à une quelconque réforme de leur parti ou au maintien d’un statu quo ».

Et de préciser que « C’est la bataille pour les privilèges…La fronde des uns consiste à rappeler au chef qu’il doit veiller à ce que chaque partie puisse avoir un accès équitable au gâteau qu’ils se partagent sans se rassasier depuis 
50 ans ».

« Clash au sein de UNIR : Réelle tension ou stratégie politique ? », s’interroge Le Canard Indépendant à sa une. Pour lui, « Les révélations de ces derniers jours s’apparentent curieusement à celles de l’année 2014. S’il est vrai que les élections législatives n’engagent pas directement le Chef de l’Etat, on voit mal les membres de son parti se déchirer entre eux jusqu’à ce point. En attendant que les prochains jours situent l’opinion sur cette supposée crise, il y a une certitude : Faure Gnassingbé reste le seul commandant à bord du navire Unir ».

Liberté consacre un article à la fête traditionnelle des Kabyè. Et titre : « Evala 2017 : La grande finale de Pya terminée en queue de poisson/Faure Gnassingbé obligé de s’éclipser ». Ce quotidien écrit qu’à la grande finale dans la localité, une partie des supportes de Pya Haut envahissent le terrain en pleines empoignades, réveillant ainsi un vieux antogonisme. Dans la confusion, ajoute l’auteur de l’article, « le chef de l’Etat qui assistait au match s’est éclipsé. Il aurait ensuite rejoint le lieu où devait se tenir le cocktail pour recevoir quelques invités avant de partir ».

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.