La Femme africaine valorisée ce 31 juillet


L’Afrique a célébré ses femmes ce 31 juillet à travers la journée de la femme africaine, une journée instituée à l’occasion du premier congrès de l’Organisation panafricaine des femmes PAO tenue à Dakar au Sénégal le 31 juillet 1974, avec pour ligne de mire la libération totale du continent africain, l’élimination de l’Apartheid et l’instauration d’une justice commune qui défende les droits de la femme.

Cette 43ème édition offre une fois de plus l’occasion de renouveler l’appel à plus d’engagement politique citoyenne de la femme dans la vie publique de son Etat, ceci passe par la formation et la sensibilisation.

La célébration  de cette journée au Togo est marquée par plusieurs activités organisées par les acteurs et organisations intervenant dans le cadre de la promotion de la femme à travers des séances de formation et de sensibilisation sur les droits des femmes et leur rôle dans le développement de leurs communautés. Le thème retenu sur le plan national est « l’Emancipation de la femme, gage pour accélérer la fin du VIH/SIDA ».

17 femmes sont députés au parlement togolais qui en compte 91 au total, 5 sont ministres au gouvernement actuel sur 24, 2 sont préfets sur un total de 39 et sur 6381 chefs traditionnels dénombrés au Togo, seules 6 sont des femmes. Tous ces chiffres sont évocateurs et montre un faible taux de représentativité des femmes dans les sphères de décision. Les femmes togolaises sont donc très loin du compte pour réaliser la parité et faire entendre leur voix.

Il faut relever que plusieurs obstacles freinent pour la plus part du temps l’élan des femmes vers plus d’émancipation. La volonté, la détermination et l’engagement sont nécessaires pour aider ces dernières à atteindre leurs objectifs.

Planète 50/50 d’ici 2030, le Togo peut relever le défi de la parité surtout sur le plan politique, le gouvernement étant disposé à jouer sa partition mais le gros du travail revient aux femmes elles-mêmes.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.