Togo- HYGENE ET SANTE COMMUNAUTAIRE : DE LA NECESSITE D’IMPLIQUER LES CVD ET CDQ DANS LA GESTION DES CANIVEAUX



La dégradation de l’environnement devient un sujet qui préoccupe le monde entier. Dans ces conditions, les populations vivent constamment dans la peur de se faire surprendre (par des phénomènes climatiques majeurs notamment) soit par des pluies torrentielles entrainant des inondations. C’est le cas du Togo ces dernières années avec des quartiers tels que Bè-kondjindji, Tokoin-Gbadago, Agoè, pour ne citer que ceux-là. 

Les conséquences qui en découlent sont aussi bien lourdes en dégâts matériel qu’humains d’autant plus ces inondations, la plupart du temps,  constituent des sources de maladies. 

Les raisons expliquant ces inondations résident en partie dans la négligence ou la mauvaise gestion des caniveaux dont  le rôle primordial est le drainage des eaux jusqu’aux destinations propices (convenables).

En effet, la gestion des caniveaux s’inscrit dans les charges publiques selon les finances publiques mais incombe aux communautés elles-mêmes comme le stipule le code de la santé en vigueur   selon son article 4.  
            
Il parait donc évident  que les Comités de Développement de Quartier (C  D Q) et les Comités de Développement  de Village (C V D) constituant les garants des organisations communautaires et locales soient les mieux indiqués pour sensibiliser leurs populations sur les cause et les conséquences liées aux actes inciviques  à l’égard de nos caniveaux en matière de santé.

Uriner dans un caniveau, y  jeter des ordures et plastiques non dégradables et eaux ménagées usées sont entre autre des gestes qui passent souvent sous le silence et l’indifférence des C  D Q et C V D alors que nous ne sommes sans savoir que ces actes (comportements) engendrent des odeurs polluantes, des microbes et parasites qui favorisent la prolifération des maladies de tout genre.

Les autorités, de leur coté, ne sont pas restées bras croisés face à ces problèmes environnementaux. Le Projet d'aménagement urbain au Togo PAUT constitue un exemple de la volonté du gouvernement de rendre plus vivables les villes et villages. Plusieurs CVD et CDQ ont été formés dans le cadre des initiatives liées à l'hygiène et assainissement communautaire. 
Il urge donc de les déployer sur le terrain, les doter de moyens, surtout matériels pour l'accomplissement de cette œuvre citoyenne, de salubrité et de santé publique. 

Les C  D Q et C V D sont donc appelés à créer un cadre de dialogue publique et faire le porte à porte pour amener les populations de leur quartier et village à prendre conscience de la situation en insistant sur un changement de mentalités. En cela aurait  sauvé une vie.

Ils doivent encourager leurs populations à être proactives c’est-à-dire  éviter en amont d’étouffer les caniveaux. Dans le cas contraire, elles doivent se mettre à l’œuvre en débarrassant les caniveaux de toutes ces immondices pour favoriser la libre circulation des eaux de drainage.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.