Togo : Les OSC se prononcent sur la situation sociopolitique


Les OSC appellent les Togolais, au Togo et à l’étranger, à se mobiliser les 20 et 21 septembre 2017 pour exiger le retour à la constitution de 1992.

La situation socio-politique au Togo préoccupe plus d’un. Suite aux manifestations des partis de l’opposition, notamment le PNP, le Groupe des 6, le CAP 2015..., les 6 et 7 septembre dernier réclamant le retour à la constitution de 1992, les OSC sont plus que convaincu que ces revendications du peuple Togolais sont légitimes et ne devraient donc tardées à être appliquées.

C’est à la faveur d’une conférence de presse que les organisations de la société civile togolaise ont donné ce lundi 18 septembre à la maison de la santé à Lomé. Il s’agit entre autre d’APED, CACIT, CEJP Togo, Flambeau Citoyen, LTD, NUBUEKE, Rameau de Jessé, STT, SYNPHOT, UST, WINIGA.

Dans une déclaration commune rendue publique ce lundi au cours d’une conférence de presse, les OSC interpellent le président de la république Faure E. GNASSINGBE à faire les réformes dans les plus brefs délais car le refus de le faire serait synonyme de mépris pour le peuple Togolais.

Les OSC se réjouissent toutefois, pour l’engagement, la solidarité et l’admiration des mouvements citoyens Africains : Luche et Filimbi de la RDC, Balai citoyen du Burkina Faso, Jeune et du Cameroun, Y en a marre du Sénégal, Wake up du Madagascar… 

Les OSC rendent à cet effet un vibrant hommage aux évêques qui ont, à travers une déclaration rendue publique le 14 septembre 2017, porté plus haut et nouveau les aspirations profondes du peuple Togolais. Cela prouve à suffisance l’urgence des réformes pour calmer les ardeurs d’autant plus que les manifestations précédentes ont été émaillées de violence, une situation que déplorent les Organisations de la Société Civile Togolaise.

Les OSC élèvent une vive protestation contre la volonté manifeste et renouvelée du gouvernement de restreindre au maximum, et- de vider même de sa quintessence une liberté universelle et constitutionnelle, chèrement acquise, et qui reste l’essence même de la démocratie, en élevant des interdictions fantaisistes, absolues et générales. 

Cette protestation des OSC, fait suite aux termes des dispositions de l’article 6-Nouveau de l’avant-projet de loi, qui stipule que les manifestations publiques de grande foule ou de petits groupes ou tout attroupement, quel que soit leur caractère sont interdits durant 30 jours qui précèdent la tenue sur le territoire national d’évènement importants de portée nationale, régionale ou internationale engageant la vie de l’Etat. 

Les OSC saluent tout de même la visite du président de la commission de la CEDEAO qui les a rassuré et affirmé que la commission sera du côté du peuple Togolais comme elle l’a été en Gambie. Par cette même occasion, les OSC ont demandé à la commission de la CEDEAO de rester fidèle et dynamique à sa vision 2020 de la CEDEAO et d’œuvrer ardemment à l’alternance dans son espace.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.