Togo : L’OTM a échangé avec les professionnels des médias sur les fondamentaux de la presse et la responsabilité sociale du journaliste en période de crise.


Préoccupé par la qualité des productions médiatiques des journalistes ces derniers temps surtout depuis le 19 aout où le Togo traverse une crise sociopolitique inédite, l’Observatoire togolais des média, l’instance d’auto régulation des médias a initié une journée d’échange à l’intention des directeurs de radios, télévisions, presse écrite et en ligne, journalistes et communicateurs ce mercredi 28 mars au relais de la caisse à Lomé. Objectif, contribué à la résolution de la crise à travers des prestations professionnelles et respectueuses des règles éthiques et de la déontologie.

C’est une journée d’échange axée sur le thème «  Fondamentaux de la presse et responsabilité sociale du journaliste en période de crise ». En  ce moment où le Togo traverse une période très sensible de crise, la presse doit s’abstenir de certaines pratiques qui risquent de fragiliser et détruire davantage le pays, entre autre des appels à la violence, à la haine et à la désobéissance civique.

Ce thème proposé par l’OTM est fort évocateur. Comme le stipule l’article premier du code de la déontologie des journalistes du Togo : « le journaliste assume la responsabilité de ses écrits….. ». En effet, la responsabilité sociale du journaliste se révèle fondamentalement lorsqu’il y’a crise. Dans cette logique, le professionnel de médias doit mesurer l’impact que pourraient avoir sur un public ses paroles, ses écrits, des images, ceci même s’il s’agit des éléments qu’il relaie objectivement. Dans cette circonstance, le journaliste est appelé à faire preuve de retenu.

« Cette rencontre d’échange vise à sensibiliser les acteurs des médias sur l’amélioration de la qualité de leur production pendant ces moments de crise au Togo pour une presse libre et responsable », a souligné le président de l’OTM Aimé EKPE. 

La rencontre a eu lieu en présence de la représentante du ministre de la communication et du Vice-président de la haute autorité de l'audio visuel et de la communication (HAAC).

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.