Le FMI salue les avancées du Togo en matière de réduction de sa dette publique


Une mission de Fonds monétaire international conduite par Ivohasina Razafimahéfa séjourné dans la capitale togolaise du 20 mars au 10 avril 2018. Comme mandat assigné à cette mission, évaluer la performance de l’économie togolaise en matière de finances publiques dans le cadre de la deuxième revue du Programme soutenu par une Facilité élargie de crédit (FEC) approuvée en mai 2017. Une conférence de presse conjointe Mission FMI/ Ministère de l’économie et des finances au CASEF est venue sanctionnée la fin des travaux de l’équipe de l’institution monétaire. Il en ressort que le Togo a marqué des points en 2017 même si beaucoup reste à faire, la crise sociopolitique est passé par là. 

La finalité est donc d’accroitre la performance des dépenses publiques de l’Etat.
L’étude réalisée par la mission du FMI au Togo révèle, disons plutôt confirme le ralentissement de l’activité économique dans le pays au deuxième semestre de 2017, une situation due à la crise sociopolitique en cours depuis le 19 août 2017. Cette crise a eu des répercussions sur la croissance économique : 4,4% en 2017 contre 5,1% en 2016. Quand à ce qui concerne l’inflation, elle est restée modérée se situant à – 0,4%. 

Des points positifs à noter dans les résultats rendus publics, de 82% en 2016, la dette publique du Togo est passée à 77% fin 2017. Un  bon de 5% en un an qui n’a pas laissé indifférente la mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a passé trois (03) semaine à Lomé pour évaluer les réformes mises en place par le gouvernement dans le but de rendre efficaces les dépenses publiques, une efficacité qui passe nécessairement par la réduction des dettes publiques de l’Etat.

La mission de FMI a par ailleurs proposé des mesures, qui une fois mis en application, devraient contribuer à atteindre la performance des recettes, réduire le poids de la dette du Togo et améliorer le vécu quotidien du citoyen lambda :
-          Revoir la méthodologie d’évaluation  des taxes foncières (les niches fiscales existent belle et bien à ce niveau ;
-          Revoir d’une manière globale la méthodologie de collette des recettes ;
-          Opérer des réformes structurelles  surtout dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires ;
-          Faire revenir dans compte du trésor public les dépôts des démembrements de l’Etat pour bien gérer la trésorerie du gouvernement et réduire le taux d’intérêt sur les emprunts faits ;
-          Accélérer  le processus de l’enregistrement des titres fonciers ;
-          La nécessité d’adopter un collectif budgétaire  en 2018 pour assouplir les déficits budgétaires ;
-          Donner à la population les mêmes services  mais à des coûts améliorés ;
-          Trouver une solution à la crise sociopolitique en cours dans le pays.

La présente évaluation révèle que les performances du Togo ont été bonnes dans le cadre du programme soutenu par le FEC. Dans cette logique, les projections du FMI en ce qui concerne la croissance économique se situent autour de 5% en 2018 et suivantes, une prévision tout à fait rassurante. 

Le conseil d’administration du FMI procédera à l’examen de la deuxième revue FEC en juin 2018. 

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.