Togo : Des réformes opérationnelles dans le secteur des transports terrestres


Au Togo, nombreux sont les engins (véhicules et vélomoteurs) qui circulent sans immatriculation. C’est un phénomène très en vogue actuellement dans différentes villes du pays.  Le plus souvent, ce sont les services du transport routier qui sont pointés du doigt, accusés de retarder la délivrance des cartes grises. Or la loi notamment l’Article 1er su Décret N° 2001-174/PR, portant renouvellement des immatriculations (…), qualifie d’infraction la mise en circulation des engins roulants non immatriculés. Afin de rectifier le tir, le ministère des transports a introduits ces derniers temps des réformes majeures non seulement dans le processus d’immatriculation mais aussi dans la délivrance des permis de conduire. Devant la presse ce mercredi à Lomé,  la Direction générale des transports a mis à la disposition du public ces différentes innovations introduites dans le transport routier au Togo. 

L’informatisation et la numérisation, ce sont là des mesures en pointe actuellement opérationnelle dans le secteur du transport principalement routier au Togo. Ce nouveau système vient remplacer l’ancien qui se faisait manuellement avec beaucoup d’irrégularités. Des premiers actes dans le processus d’immatriculation à la délivrance de la carte grise, la mutation, de  l’examen à la délivrance du permis de conduire, tout se fait en ligne et en temps record (www.mit-dgt-dtrf.tg). Le cas des immatriculations en est une parfaite illustration. Aujourd’hui, les services du transport routier est en mesure d’établir une carte grise en au plus 33 heures de traitement du dossier une fois la requête introduite. 

Cette situation est rendue possible par la mise en place de la plate-forme en ligne « Unité banalisée de dédouanement » (UBD) avec la participation effective de l’Union des professionnel agréés en douanes (UPRAD). Ce système permet d’avoir la célérité et la traçabilité dans le traitement des dossiers d’immatriculation, et aussi de mettre en touche d’éventuels déclarants en douane véreux ou des fossoyeurs. Une autre innovation introduite par la direction des transports routiers et ferroviaire est la mise en ligne (sur Play store) de l’application mobile de suivi des prestations fournies (DTRF MOBILE).

Lors de cette conférence de presse, les responsables des transports routiers et ferroviaires ont également mis à jour les critères de fixation du coût des immatriculations selon qu’il s’agisse de l’immatriculation normale, étatique… Cela varie selon la puissance et la durée de mise en circulation des engins (de 15 000 à 35 000 F CFA + 500 F CFA de timbre en plus d’autres frais notamment ceux de l’assurance).
En marge de cette rencontre avec la presse, le Directeur général des transports routiers et ferroviaires a fait savoir que le payement des frais de permis de conduire est en train d’être digitalisé (actuellement en phase de texte avec le Trésors public et TOGOCEL). Une autre annonce majeure concerne les immatriculations foraines. Elles n’auront plus lieu selon le Directeur général.

Pour plus d’information consultez le www.mit-dgt-dtrf.tg

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.