Togo : Le FNFI, quatre ans après sa mise en oeuvre


Créé par décret présidentiel N°2013-080/PR du 03 décembre 2013, le Fonds national de la finance inclusive (FNFI) a déjà quatre (04) bonnes années d’opérationnalisation derrière elle, quatre ans au service des populations surtout pauvres des zones rurales très reculées,  souvent exclues des systèmes classiques de financement. Devant la presse le vendredi 13 avril dernier à Lomé, les premiers responsables de cette institution publique à caractère économique et social ont dressé l’état des lieux des quatre ans d’activité, tout en ayant en mémoire que 2018 constitue la dernière année de la première phase opérationnelle du FNFI. 

Au-delà des contre-performances et difficultés enregistrées dans la mise en œuvre de ce programme remboursement des crédits), le bilan est globalement satisfaisant selon les responsables.

Mise en route depuis le 25 janvier 2014, le FNFI a mis à la disposition de ses bénéficiaires, en occurrence les populations vulnérables, six (06) produits de crédit dont 3 de bases à savoir APSEF-AGRISEF-AJSEF et 3 spécifiques notamment le produit de la BAD pour l’inclusion financière des femmes vulnérables-le produit d’accompagnement spécifique- le produit saisonnier) et un (01) produit transversal d’assurance ASSUR FNFI  dont les garanties couvrent les accidents, la santé et les risques incendie. Ces produits disponibles ont permis d’atteindre les résultats globaux ci-après :
v  861 811 bénéficiaires touchés par AGISEF, APSEF, AJSEF, PAS, PS et PAIFFV avec un crédit de 44,3 milliards FCFA débloqués ;
v  586 645 renouvellements de crédits pour un montant total de 28,5 milliards FCFA.
Soit au total 1 448 456 micro crédits octroyés pour un montant total de 72,8 milliards FCFA avec 62,1 milliards FCFA de lignes de crédits mis à la disposition des partenaires.

Ces chiffres rendus publics ne sont pas de nature à occulter le caractère mitigé des quatre ans de réalisation du programme FNFI dû essentiellement à l’irrégularité des remboursements des crédits, elle-même provenant d’une part de la mauvaise foi des bénéficiaires et d’autre part, les crédits alloués sont considérés comme des « dons » à ne pas rembourser.

En guise de conclusion, plusieurs défis attendent le FNFI cette année 2018 entre autre la professionnalisation du secteur, atteindre les régions pauvres jusque-là abandonnées, définir de nouveaux produits à offrir, rendre opérationnelle la phase pilote de la digitalisation des services financiers…

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.