Togo : Revue du web 20 juin 2018

La crise togolaise continue de faire la une des sites en ligne au Togo. De la sortie récente de la cour constitutionnelle en passant par "l'opération Togo mort" lancé par la C14 lundi dernier, les plumes s'activent.

Tenue des élections, GAPOLA  relais la demande de la société civile : « organisation des législatives : 7 OSC demandent la prorogation du calendrier républicain »
 
Selon le site d’information, ce groupe des 7 OSC à savoir: WANEP-Togo, CNSC-Togo, ACAT-Togo, CACIT, REPSFECO-Togo, CEJP, SADD continue de se soucier de la crise politique qui secoue le Togo et suit de près l'évolution des discussions entre les parties protagonistes. Elle salue la sortie de la Cour constitutionnelle demandant l'organisation des élections législatives dans le délai, mais ne juge pas nécessaire la tenue de ces échéances vu la situation sociopolitique dans le pays.

"Suite au communiqué du 12 Juin, de la Cour constitutionnelle, invitant la classe politique au respect des délais constitutionnels suivant l’article 52, alinéa 2 de la Constitution du 14 Octobre 1992, le Groupe de 7 Organisations de la société civile prend acte dudit communiqué et félicite M. le Président et ses collaborateurs pour leur sens de respect des principes constitutionnels en vue du bon fonctionnement de l’État. Toutefois, le groupe des 7 OSC, mesure les enjeux liés à l’invitation lancée aux acteurs politiques pour la tenue des élections avant la fin de l’année 2018, en l’absence d’un consensus sur les points de discussions prévues au dialogue", souligne le communiqué.

Sur le même sujet, ICILOME fait un aperçu sur la réaction du Front citoyen Togo débout et met en manchette : « Sortie de la Cour constitutionnelle : Togo Debout dénonce une « tentative de passage en force »

Le front citoyen « Togo debout » s’indigne contre le communique du président de la cour constitutionnelle du Togo demandant à la CENI et au gouvernement de prendre des dispositions qui s’imposent pour organiser les élections législatives avant la fin de l’année 2018.

La presse en ligne s’intéresse toujours à la crise togolaise et sorties des partis politiques 

GLOBAL ACTU écrit à sa une : « Opération ‘Togo mort’ : pouvoir et opposition réclament chacun la victoire ». Sur ce sujet, le site s’interroge « Quel appel la population togolaise a-t-elle suivi ce lundi 18 juin ? Celui de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition qui a appelé à une journée ‘Togo mort’ ou du pouvoir de Faure Gnassingbé qui a lancé un appel au boycott de cette opération de l’opposition ? »

Au quartier général des deux (2) protagonistes de la crise politique qui secoue le pays depuis bientôt un an, chacun semble tirer le drap de son côté. A la coalition des 14 partis comme chez les femmes du parti au pouvoir, le Mouvement des femmes UNIR (MJU), on se dit satisfait, l’un pour la réussite de l’opération et l’autre pour son boycott.    

Pour Raymonde Kayi Lawson, la satisfaction est plutôt pour ceux qui ont appelé au boycott de cette opération. « Notre appel a été entendu par la majorité de la population, nous sommes satisfaits. Il y a un ras-le-bol », a-t-elle noté sur la même radio.

La déléguée générale du  MJU pense que le Togo s’est engagé dans une phase de dialogue et il n’est plus question qu’on fasse un pas en avant et un autre en arrière.






Aucun commentaire

Fourni par Blogger.