Togo : Revue du web 28 juin 2018


L’actualité politique est très dense cette semaine sur la toile au Togo notamment avec le retour d’Alpha Condé de la Guinée Conakry  et Nana Akufo-Addo du Ghana en tant que facilitateurs dans la crise sociopolitique au Togo. Ils sont à Lomé pour trouver une issue favorable à cette crise qui n’a que trop durer.

ICI LOME met en sa une « Les Facilitateurs exigent la reprise des manifestations, la libération des détenus et la suspension du processus électoral »

Les discussions viennent de prendre fin à l’hôtel 2 février, avec un point de presse des Facilitateurs. On retient trois mesures essentielles. Les Facilitateurs demandent la reprise des manifestations publiques, avec injonction faite au gouvernement de les sécuriser, la libération de toutes les personnes arrêtées et détenues dans le cadre des manifestations et la suspension du processus électoral. Nana Akufo-Addo et Alpha Condé demandent, conformément à la Constitution togolaise, que l’Assemblée nationale soit maintenue en place jusqu’à l’élection des nouveaux députés.

Sur le même sujet GAPOLA s’interroge « Crise au Togo : l’heure du compromis politique ? »

En crise politique depuis le 19 août 2017, le Togo retient son souffle à quelques heures d’une nouvelle rencontre pouvoir et opposition sous les auspices des facilitateurs de la Communauté Économique  des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les présidents : Alpha Condé de la Guinée Conakry  et Nana Akufo-Addo du Ghana. Sauf que la CEDEAO n’a de solution "miracle" à la crise togolaise, si les togolais ne décident d’un compris politique pour enterrer leur hache de guerre et d'aller à une sortie de crise pour "l’intérêt supérieur de la nation".

Tout comme en 2006, les acteurs de la crise politique actuelle qui secoue le Togo sont en pourparlers pour un dénouement de la situation. A Lomé, les facilitateurs Alpha Condé et  Nana Akufo-Addo tenteront ce mercredi, de rapprocher les positions des deux parties prenantes au dialogue que sont le pouvoir et la Coalition des 14 partis politiques de l'opposition.

Mais, en cas d’échec, Nana Akufo-Addo et Alpha Condé seront dans l’obligation de présenter à la classe politique togolaise, leur feuille de route de sortie de crise qui une fois entériner à la prochaine conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO s’imposera aux deux protagonistes de la crise.

REPUBLICOFTOGO met l’accent sur la tenue des élections législatives dans les délais légaux. « Législatives au plus tard fin novembre »

‘Nous ne sommes pas venus en donneurs de leçons, mais nous sommes là pour accompagner nos frères togolais à trouver ensemble une solution à la crise’, a déclaré Alpha Condé.

Les facilitateurs ont appelé les deux camps à faire des concessions.
‘Dans des négociations, il faut faire des concessions et s’entendre. Si chacun reste sur ses positions, on ne finira jamais par s’entendre. Que chacun accepte de faire les concessions nécessaires’, a lancé le président guinéen.

A l’issue des discussions, le président Alpha Condé et Nana Akufo-Addo se sont prononcés en faveur d’une suspension des préparatifs d’organisation des élections législatives et du maintien en fonction des députés.

Toutefois, ils souhaitent que le scrutin législatif se déroule avant fin novembre 2018. Le mandat des députés sortants s'achève fin juillet.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.