REVUE DU WEB 05 JUILLET 2018

La crise politique togolaise n'en fini pas de susciter des rebondissements. La toile quant à elle, est toujours disposée à faire le relais.

ICI LOME -Brigitte Adjamagbo-Johnson : « Le peuple togolais a raison de vouloir en finir avec ce régime »

Dans une interview accordée à notre Rédaction du site, la Coordinatrice de la Coalition des 14 partis de l'opposition est revenue sur les derniers développements de l'actualité politique, notamment les discussions qui ont lieu le mercredi 27 juin dernier à Lomé, en présence des facilitateurs Alpha Conde de la Guinée et Nana Akufo-Addo du Ghana. Pour Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, « le monde entier verra la mauvaise foi de ce régime, et le monde entier comprendra que le peuple togolais a raison de vouloir en finir avec cette gouvernance qui est une gouvernance basée sur le mensonge, la ruse, le subterfuge ». 

REPUBLIC OF TOGO est revenu sur la réaction d'Alpha Kondé sur RFI "On ne peut pas repousser les élections ad vitam aeternam"
Le président guinéen Alpha Condé, qui est l’un des deux médiateurs chargés par la Cédéao de tenter de trouver une solution à la crise politique togolaise, était l’invité de RFI mardi. 
Le site GAPOLA met en exergue la récente sortie des organisations de la société civile - CRISE TOGOLAISE : DES OSC INTERPELLENT LES FACILITATEURS : "TOUTES MARCHES FUTURES RISQUENT DE PROVOQUER UNE COLÈRE INSOUPÇONNÉE DES POPULATIONS CONTRE LES ÉVENTUELS ORGANISATEURS QUI NE SE SOUCIENT GUÈRE DE NOS DIFFICULTÉS QUOTIDIENNES"

Dans un courrier en date du 3 juillet 2018, adressé au Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, le Collectif des Organisations de la Société Civile (OSC) pour une Diplomatie Non Gouvernementale (DNG), avec à sa tête le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) a interpellé le Gouvernement et les facilitateurs sur les risques d’aggravation de la situation par ses manifestations annoncées par la C14.  

Ces organisations font observer que si on ne prend pas garde, l’on risque de retomber dans les mêmes scénari que le Togo a connus il y a de cela quelques mois.  Ce qui fera du secteur privé du Togo une victime de plus. « La plupart d’entre nous, opérateurs économiques, sommes tous endettés et nous n’honorons que difficilement nos engagement vis-à-vis de l’Etat, de nos partenaires, de nos personnels et de nos familles. 
La même situation se fait sentir au niveau des revendeuses et de l’ensemble des ouvriers qui ne vivent quotidiennement que grâce à leurs revenus», s’indigne le Collectif. 

Autre son de cloche dans le rang du Front Citoyen Togo Débout (FCTD)

GLOBAL ACTU fait part de la méfiance de cette organisation vis-à-vis de la CEDEAO, " Togo debout’ met en garde la CEDEAO contre toute décision injuste "

En conférence de presse ce mercredi à Lomé, l’organisation de la société civile a fait clairement savoir que  le peuple togolais n’acceptera plus de décisions ‘injustes’ résultant d’une mauvaise appréciation de la crise.


Aucun compromis ne se fera plus sur le dos du peuple togolais, préviennent les responsables de ce regroupement de syndicats, d’organisations de défense des droits de l’homme et d’éveil citoyen.

« Aucune élection ne sera crédible sans les réformes : réforme du cadre électoral, du code électoral et aussi la révision du fichier électoral, du découpage électoral, de la composition de la CENI et de la Cour Constitutionnelle », propose le FCTD.




Aucun commentaire

Fourni par Blogger.