Togo : COMMUNIQUE SANCTIONNANT LE CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 28 AOUT 2018

Le conseil des ministres s’est réuni ce mardi 28 AOUT 2018 au palais de présidence de la république, sous la présidence de son Excellence Monsieur Faure Essosimna GNANSINGBE, président de la république . 

Le conseil a : 

-          Adopté deux (2) projets de loi et poursuivi l’étude d’un avant-projet de loi
-          Adopté deux (2) décrets
-          Et procédé à des nominations.  

Au titre des projets de loi

Le premier projet de loi adopté par le conseil , est relatif au projet de loi organique portant modification des articles 2,3,7,9,16,20,21,23,24,25,26,27,30,32,37,38,42,43,46,47,48,51 ,55,58,60,61,62,63et 66 de la loi organique no 2013-016 du 08 juillet 2013 .Le Togo s’était doté ,en 2004 ,d’une loi organique relative à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) modifiée en 2009 et l’environnement médiatique .En effet , dans un contexte de bouleversement du secteur marqué par l’émergence de nouveaux vecteurs de l’information et de la communication encore appelés « médias en ligne «  et le basculement de l’ analogie au numérique dans l’audiovisuel traditionnel, il est apparu nécessaire d’entreprendre une révision de la loi organique relatif à la HAAC  pour étendre son champ d’application aux médias non préalablement couverts par ladite loi . Par ailleurs, la mutation majeure induite par le développement du secteur numérique rend nécessaire de réorganiser et de renforcer les attributions de la HAAC afin de permettre à cette institution de jouer pleinement son rôle d’organe de régulation du nouveau paysage audiovisuel togolais dans le respect et la protection des droits fondamentaux de nos concitoyens reconnus et garantis par la loi fondamentale. 

Le second projet de loi adopté par le conseil, porte modification de l’article 26 de la loi n° 2014-041 DU 22 Octobre 2014 partant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie. Par cette loi, il a été adopté un nouveau cadre juridique des opérations de privatisation. Suivant ce nouveau cadre, il avait été prévu Par l’article 66 que le l’égalisateur confiait au pouvoir réglementaire le soin de définir « les modalités de mise en concurrence des candidats aux privatisations «. Après étude et réflexions, il est apparu plus judicieux que ce soit le législateur qui définisse le cadre juridique général des procédures de passation des opérations et permettre au pouvoir réglementaire d’en déterminer les conditions et modalité concrète. Par ailleurs, le conseil a poursuivi, en second lecture, l’étude de l’avant-projet de loi relatif au régime juridique applicable aux communications audiovisuelles en République togolaise.

Au titre des décrets
  
Le premier décret, adopté par le conseil, porte statut particulier du cadre des fonctionnaires de l’enseignement. Fruit d’un long processus de dialogue et de concertation entre le gouvernement et les organisations syndicales d’enseignants, avec l’implication et la contribution de tous les acteurs de l’éducatif togolais, ce texte consacre la protection et la valorisation de la fonction, d’enseignant, précise et clarifie les différents corps dans ce métier, fixe les règles d’éthique et de déontologie et règlemente les obligations. Ce décret était notamment prévu par le protocole d’accord signé entre le Gouvernement et les syndicats d’enseignants le 18 Avril 2018, protocole relatif au secteur de l’éducation et s’inscrit dans le cadre des efforts visant à apaiser durablement le climat social dans ce secteur vital de la vie nationale et à améliorer les conditions de travail et de vie des acteurs du système éducatif togolais. 

Le deuxième décret, adopté par le conseil, porte création de « Force Sécurité Elections 2018 » (FOSE 2018). Dans le cadre des élections des élections 2018, une force spéciale dénommée « Force sécurité Election 2018 »   est créée. Elle est placée sous la supervision de la commission électorale nationale indépendant(CENI) et le commandant opérationnel du ministre chargé de la sécurité. Forte de huit mille agents issus de la gendarmerie et de la police nationales, elle a pour mission de :

_ maintenir la paix, assurer la sécurité ainsi que la libre circulation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national avant, pendant et après les élections de 2018 ;
-prendre toutes les mesures pour maintenir ou rétablir l’ordre public en relation avec l’organisation des élections durant toutes les phases des processus électoraux notamment le recensement, la campagne, les opérations de vote, le dépouillement des résultats ;
-assurer la sécurité des lieux de meeting ou de manifestations publiques pendant la campagne électorale, des bureaux de vote, des candidats, des chefs de partis politiques, ainsi que du matériel électoral ; en observant la plus stricte neutralité à l’égard de tous. La création et le déploiement de la « Force Sécurité Elections 2018 » ne remet pas en cause les missions traditionnelles dévolues aux forces de défense et de sécurité.

Au titre des nominations 

En application du décret n° 2018-071/ PR du 18 Avril 2018 portant création, organisation et fonctionnement du comité technique sur l’Etat civil, le conseil des ministres a procédé à la nomination des membres dudit comité qui sont au nombre de seize

      Fait à Lomé, le 28 Août 2018 

        Le Conseil des Ministres.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.