COJECC 2018 : La Jeunesse africaine engagée pour la défense du climat

Pour la quatrième année consécutive, la jeunesse africaine, francophone en particulier, s'engage  à porter de vive voix ses préoccupations et peser de tout son poids dans les négociations sur le climat aussi bien à l'échelle nationale que mondiale. C'est fort revêtus de cette nouvelle mission que plus de 1000 jeunes, mués en défenseurs de la planète terre, sont depuis ce mercredi à Lomé où ils prennent part à la quatrième Conférence internationale sur les changements climatiques (COJECC 2018) organisée par la Coalition  nationale des jeunes pour le climat (CNJC), ceci en prélude la 24ème COP prévue courant mois de décembre à Katowice en Pologne.

Nous vous invitons également à écouter Radio Oreole en direct en cliquant sur le lien https://www.radiooreole.com/p/blog-page_26.html

Venus de plusieurs pays d'Afrique tels que le Bénin, le Burkina-Faso, le Cameroun... et le Togo, ces jeunes veulent faire de la préservation de l'environnement leur cheval de bataille et faire face aux défis des changements climatiques. Pour y arriver, ils ont décidé de mutualiser leurs actions pour être plus efficaces.Ainsi, pendant trois (03) jours que vont durer les travaux de cette conférence (7 au 9 novembre 2018), ces jeunes seront outillés essentiellement sur les impacts de l’érosion côtière,la justice climatique, l'agriculture et les techniques de plaidoyer et de négociations internationales.

L'Afrique subit de plein fouet les conséquences des changements climatiques (inondations, érosions côtières, la désertification et son corolaire de sécheresse, la famine et la malnutrition...). Cette dynamique entreprise par la jeunesse africaine doit aboutir à court, moyen et long terme à une prise de conscience entrainant la définition de nouvelles politiques basée sur le renforcement de la capacité d'adaptation et de résilience des pays d'Afrique (développement de nouvelles sources d'énergie par exemple).

COJECC a depuis 2015 reçu l'appui des entités comme l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l'Ambassade de France au Togo. En marge des cérémonies de lancement de cette quatrième conférence internationale des jeunes sur le changement climatique, Marc VIZI, l'Ambassadeur de France au Togo, a indiqué que "son pays est activement au cœur des actions diplomatiques pour le climat, en témoigne l'organisation de la COP 21 en 2015 à Paris qui a prévu de ramener à 1,5 l'augmentation maximale de la température à la surface de la planète terre".

Présidant cette cérémonie, le représentant du ministre de l'environnement et des ressources forestières Vodé Koffi n'a pas manqué de souligner les efforts que le Togo fournit depuis un certain temps dans la lutte contre le réchauffement climatique (depuis le Protocole de Kyoto en passant par l'accord de Paris en 2015. Les démarches du gouvernement togolais, a t-il précisé, s'inscrivent effectivement dans le sens de la réduction des gaz à effet de serre fondées sur les politiques d'électrifications rurale à partir des énergies renouvelables, l'adaptation des méthodes culturales aux changements climatiques, la mise en place des centres 'enfouissement des déchets...

La jeunesse africaine appelle de vive voix les partis prenantes à l'Accord de Paris à entériner définitivement les clauses de ce document afin de donner une chance à la génération actuelle et future et préserver la biodiversité. Depuis 2015, Lomé se présente comme un hub de la lutte contre les changements climatiques.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.