La 15 Foire internationale de Lomé a abordé l'approche conceptuelle de la chaine de valeurs

Sept jours après son ouverture, la 15ème Foire internationale de Lomé continue son périple. Au cour de cette journée du 29 novembre, le public visiteur, les exposants et les professionnels des médias ont eu droit à une conférence-débat axée sur le thème " Chaine de valeurs : aspect conceptuel et théorique". Elle a été animée par trois panélistes à savoir l'Economiste Professeur COUCHEROT, l'Agroéconomiste Docteur ADADE et Kokou Robert SEDZRO, Président de l'ESIG BLOBAL SUCCESS.

La première communication présentée par Pr COUCHEROT  a porté sur l'analyse des théories en présence. Cette analyse est fondée essentiellement sur la division du travail, selon le présentateur. De ce fait, la chaine de valeurs regroupe toutes activités en amont et en aval aboutissant à l a production d'un bien ou d'un service, allant donc de la conception à la distribution et commercialisation, passant par toutes les phases de production.

En la matière, deux (02) théories entrent en jeu : 
- La théorie traditionnelle du commerce internationale dont le pionier est Adam Smith, et qui accorde un avantage soit absolue, soit relatif à tous les acteurs impliqués

- La théorie des firmes multilatérales dont le principal modèle est celui géocentrique ( le lieu exactement où la chaine de valeur est exploitée).
La chaine de valeurs a aussi bien des avantages que des opportunités
Comme avantages, on peut citer : la création d'emplois, l'industrialisation (surtout pour les pays en voie de développement, la performance commerciale. Quant aux inconvénients, on peut mentionner la vulnérabilité aux cycles économiques mondiaux, les risques liés au relocalisation.

La deuxième communication présentée par Docteur ADADEa poté sur la Théorie du contrat dans la gestion de la chaine de valeurs. Ici, le présentateur a mis l'accent sur le fait que la viabilité d'une chaine de valeurs repose sur la signature d'un contrat entre les acteurs. Il a défini le contrat en se référant aux articles 1101 et 1134 du code civil et Deux facteurs sont donc à prendre en compte ici: le cout des transactions et l'incitation. La transparence, la confiance et le bénéfice mutuel sont entre autres éléments qui font résister la chaine de valeurs, a-t-il conclu.

La troisième communication a porté sur le cas de la filière anacarde, comme un exemple palpable de chaine de valeurs au Togo et en Afrique. Elle a été l’œuvre de  Kokou Robert SEDZRO. Il a mis l'accent sur la production jusqu'à la transformation.


Aucun commentaire

Fourni par Blogger.