Sauver la Grande Barrière de corail grâce aux ovules et au sperme des coraux

La Grande Barrière de corail en Australie est sérieusement endommagée en raison du réchauffement climatique. Pour la sauver, des chercheurs lancent ce mercredi un programme d'élevage de larves de coraux. C’est la plus grande tentative de réhabilitation de la Grande Barrière.

Pour ceux qui en douteraient, les coraux, ce sont bien des animaux dotés d'ovules et de sperme. Ils se reproduisent une fois par an, mais seulement pendant 48 à 72 heures. Les chercheurs doivent donc faire vite. Ils comptent collecter les ovules et le sperme des coraux au moment de la reproduction. Ce sera dans les jours qui viennent. Ensuite ils vont élever les larves pour les relâcher sur les récifs endommagés. Les scientifiques espèrent que cela aidera les récifs, mais selon eux, la seule façon d'assurer leur survie est d'agir pour le climat.

Le réchauffement climatique met en danger un joyau de la nature

La Grande Barrière de corail s'étend sur environ 345 000 km², le long de la côte est de l'Australie. Depuis 1981, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Mais sa survie est menacée en raison du réchauffement climatique : les coraux blanchissent, puisque la hausse de la température de l'eau entraîne l'expulsion des algues symbiotiques. Et ce sont ces algues qui donnent au corail sa couleur et ses nutriments. Le programme prévoit d’ailleurs l'élevage des algues microscopiques en parallèle de celui de larves.

Quatre épisodes graves de blanchissement

Ces dernières années, la Grande Barrière de corail a subi quatre épisodes graves de blanchissement en raison du réchauffement de l’eau : en 1998, en 2002, en 2016 et en 2017. Si l'eau refroidit rapidement, les récifs peuvent s'en remettre : certaines espèces peuvent survivre quelques mois après avoir expulsé des algues symbiotiques, pour d’autres c’est une question de semaines. Mais si la hausse de la température persiste trop longtemps, les coraux meurent.

Gagner du temps

« L'action pour le climat est la seule façon de s'assurer que les récifs coralliens puissent survivre à l'avenir, a déclaré dans un communiqué Peter Harrison, de la Southern Cross University (Nouvelles-Galles du Sud). Notre approche de réhabilitation des récifs vise à gagner du temps pour que les populations de coraux survivent et évoluent jusqu'à ce que les émissions (de gaz à effet de serre) soient réduites et que le climat se stabilise. »
En tout cas, les scientifiques mettent tout en œuvre pour réussir : le programme est inédit par son ampleur. Les équipes comptent restaurer des centaines de mètres carrés avec l'objectif d'atteindre des kilomètres carrés à l'avenir. Car il faut à tout prix empêcher la mort de ces coraux. Ils jouent un rôle primordial pour la biodiversité, puisque de nombreux poissons, crustacés et mollusques viennent s'y réfugier.

Par rfi / www.rfi.fr

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.