Le Projet d'appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l'ouest tire vers sa fin avec un bilan de satisfaction


Venir à bout des questions de malnutrition et de sous-alimentation  dans la sous région ouest africaine, c’est le mobile qui a amené la commission en charge de l'agriculture, de l’environnement et des ressources en eau de la CEDEAO, à mettre en place le Projet d'appui au stockage de sécurité alimentaire en cours d'exécution depuis près de trois ans et qui s'achève fin mai 2019. A trois mois de cette échéance, les acteurs concernés par ce projet, aussi  bien du Comité de pilotage que du suivi et évaluation, consacrent deux jours de rencontre à l’HOTEL SARAKAWA à partir de ce lundi 04 Mars pour s’imprégner des résultats obtenus et réfléchir sur l’avenir dudit projet.

Ce projet, financé à hauteur de 56 millions d’Euros par l’Union Européen, s'inscrit dans le cadre de  la mise place de  la Réserve Régionale de Sécurité  Alimentaire adoptée par les Chefs d’Etats et Gouvernements par acte additionnel N°A/SA.2/02/13 en Février 2013 à Yamoussoukro. Cette réunion de Lomé, quatrième de genre du Comité de pilotage du projet d'appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l'ouest, servira de cadre pour faire l'état des lieux de l'exécution dudit projet au regard de la stratégie régionale de stockage de la CEDEAO.

Le Commissaire en charge de l’Agriculture, de l’environnement et des Ressources en Eau de la CEDEAO, M. Sékou SANGARE, a salué le cadre de l’évolution du projet et les résultats obtenus à l’issue de sa phase de  pilotage. Plus de 31 000 tonnes de céréales ont été achetées auprès des producteurs et sont dispatchées sur les pays tels que le Niger,  le Nigeria, le Burkina Faso… 15 631 tonnes d’aliments ont déjà profité à ces pays comme don aux populations selon leur degré de besoins alimentaires connus. M.  SANGARE s’est également réjoui de ce que ce système de stockage durable soit désormais un exemple dans le monde pour parler des nouvelles stratégies synergiques de sortie de crises alimentaire à l'échelle mondiale.

Les deux de rencontre seront également une occasion pour ces acteurs régionaux de discuter et  trouver nécessairement des moyens techniques et financiers pour assurer la pérennité du projet.

Jacques LEMOU

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.