Togo : Le visage de la presse ces 12 derniers mois

"La presse togolaise, une presse plus libre, mais politisée et de plus en plus démunie", c'est en résumé ce qui ressort  du rapport sur l'état de la presse au Togo, présenté ce vendredi à Lomé par l'Observatoire togolais des médias (OTM). Cette présentation n'est pas anodin car elle intervient dans un contexte spécial : la commémoration  de la journée internationale de la liberté de la presse. Célébrée chaque 3 mai, l'édition de cette année est placée sous le thème " Médias pour la démocratie : le journalisme et les élections en période de désinformation.

D'une quinzaine de pages, le document rendu public par l'OTM retrace dans ces grandes lignes, les conditions dans lesquelles les journalistes exercent leur profession, les atteintes à la libre exercice de celle-ci, les relations qu'entretiennent ces professionnels avec les institutions de la Républiques et les populations, les dérapages constatés dans les productions journalistiques .... , ceci durant les 12 derniers mois.

A cet effet, l'OTM note :
  • Une progression du Togo dans le classement mondial 2019 de RSF en matière de la liberté de la presse
  •  Conditions de vie et de travail difficiles liées au manque de moyens techniques et financiers (Mévente, manque d'annonceurs, aide de l'Etat à la presse inexistante ou insuffisante)
  • Une grande dépendance politique
  • Menaces de certains leaders politiques
  • Médias publics privilégiés au détriment des médias privés
  • Empêchement à couvrir certaines manifestations politiques, actes de vandalisme ...
  • Convocation de certains directeurs de publication par la brigade antigang à la suite des plaintes déposées par certains citoyens
  • Malgré que dans la majorité on note une nette amélioration de la qualité dans les productions, beaucoup reste à faire pour atteindre le vrai professionnalisme 
  • Des organisations de presse diversifiées alors qu'elles devraient plutôt se fondre en une entité unique...
 « On a noté qu’il y a beaucoup d’efforts qui ont été faits dans la professionnalisation. Au niveau même des prestations que nous faisons aussi bien sur les médias audio-visuels que sur la presse en ligne ou écrite, il y a une prise de conscience générale qui fait jour », a présenté Aimé Ekpe, président de l’OTM.

Au total, l'OTM a recensé en terme de médias privés, 78 stations radios, 7 chaines de télévisions, 180 journaux dont la parution est plus ou moins régulière, 3 agences de presse et une centaine de presse en ligne et des blogs.

Le rapport fait des recommandations au gouvernement, à la HAAC, à l’OTM, à la presse et aux journalistes, aux organisations de presse, à la société civile et aux partis politiques et aux forces de l’ordre et de sécurité. Il est important, selon l'OTM, que soit relevé le niveau de l'aide de l'Etat à la presse de 100 millions de francs CFA à 800 millions, comme l'ont recommandé les états généraux de la presse tenus en 2014.

Jacques LEMOU

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.