RADIO OREOLE EN DIRECT

Société : Le CIAF/Togo à l’œuvre pour la tolérance zéro contre les mutilations génitales féminines

Chaque 6 février, depuis 2004, est célébrée la journée internationale tolérance zéro aux mutilations génitales féminines. La tradition a été respectée cette année. Au Togo, le bureau national du Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des Femmes et des enfants (CIAF/Togo) a animé au CESAL (Lomé), une conférence-débat sur le thème  : " Traduire les décisions politiques en actions concrètes à la base pour accélérer l’atteinte de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines en 2030 ".
 La dernière étude nationale sur les mutilations génitales féminines remonte à 2008. D’après elle, près de 33% des femmes togolaises sont excisées sans qu’aucune seule condamnation envers praticiens n’ait été prononcée. L’étude montre aussi que le phénomène existe plus dans la partie nord du pays notamment en région centrale (19,0%) et de la Kara (8,5%). 56% et 12% des cas d’excision ont eu lieu dans les régions Centrale et des Savanes, alors que 15% des excisés vivant au Togo l’ont été à l’étranger, selon la même étude. 
« Les conséquences des mutilations génitales féminines sont néfastes », a dit Assibi NAPOE, présidente nationale du CIAF/Togo, avant d’ajouter : « Avec les Objectifs de Développement Durable qui ont encore prescrit l’élimination dans l’ODD 5, nous comptons d’abord veiller à l’application des textes  chez nous. (…) Quand quelqu’un excise ou quand un parent fait exciser sa fille, l’exciseuse qui a pratiqué doit être sanctionné. (..) Aucune religion ne recommande l’excision. ». 
Des stratégies novatrices seront mises en œuvre notamment au-delà des femmes et des exciseuses, les populations, les communautés seront sensibilisées de même que les chefs traditionnels et religieux seront davantage impliqués et un plaidoyer sera fait à l’endroit des partenaires.

Toussaint ABBEY

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.