RADIO OREOLE EN DIRECT

Togo / Energie : L'éclairage public à l'heure du bilan


Rendre compte aux autorités locales (préfets, présidents des délégations spéciales des préfectures et communes ...), discuter et repenser la gestion des redevances pour l'éclairage public, telle est la mission d'information du Comité de Gestion de la Redevance pour l'Éclairage Public (CGREP) dans les chefs-lieux des régions du Togo. Ce vendredi, ce fut l'étape de la région Maritime et Lomé Commune.
 
De Juillet 2009 à décembre 2018, le montant total collecté est de 9.357.343.688 f CFA soit un taux de recouvrement de 89,23% du montant total facturé à 10.486.402.671 F CFA. De cette somme collectée, 67,04% est attribué au payement des factures de l'éclairage public, 17,94% à la dotation pour extension et réhabilitation ainsi que 13,59% à la maintenance. 

" Ces chiffres ont montré que nous devions agir parce que sur les trois axes de la répartition notamment le payement des factures, les extensions et réhabilitations et la maintenance. Il y a beaucoup de difficultés qui ont commencé par s'annoncer. Le montant commence par sembler insuffisant pour pouvoir couvrir toutes ces charges. ", a déclaré Abbas Aboulaye, Président du CGREP.

Malgré les efforts de l'Etat pour améliorer l'éclairage public (33 milliards de francs CFA déboursés pour l’achat de 13.000 lampadaires solaires), des difficultés sont apparues notamment des pannes non remédiées pendant des jours ou des mois, le cumul d'arrières de factures inquiétants ou des rues non éclairées.

Face aux risques de coupure par la CEET, de suppression des travaux d'extension et de la maintenance, " nous avons exposé le sujet aux préfets et aux responsables des collectivités locales qui ont fait des propositions.", a expliqué M. Abbas Aboulaye. 

Parmi ces propositions, on note entre autres, la nécessité de rationnaliser la fourniture de l'énergie sur le réseau d'éclairage public, l'amélioration de la maintenance surtout de l'éclairage public solaire mis à la disposition des localités par l'Etat, l'augmentation de la contribution des uns et des autres ...

Un rapport sera fait aux autorités compétentes de même que les propositions des collectivités locales seront faites pour une prise de décision en vue de l'amélioration des services de l'éclairage public tant souhaité. 

" La ville qui n'a pas d'éclairage public a très souvent peu de chances d'avoir les touristes et les investisseurs parce que personne ne veut aller là où il y a l'obscurité.", a estimé M. Abbas Aboulaye.

Les populations sont invitées à ne pas commettre des actes de vandalisme sur les installations. Cette étape est la dernière d'une série s'étant déjà déroulée à Dapaong (région des Savanes), Kara (région de la Kara),  Sokodé (région Centrale) et Atakpamé (région des Plateaux) cette semaine.
 
Pour rappel, le gouvernement togolais a introduit depuis 2009, une redevance de 2 F/kWh pour les clients Moyenne Tension et une redevance de 1 F/kWh pour les clients Basse Tension à partir de Janvier 2011 en vue de participer aux charges de l'éclairage public.

Toussaint ABBEY

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.