RADIO OREOLE EN DIRECT

Togo / Regain du phénomène des carrières sauvages de sable : Cinq OSC montent au créneau et interpellent le gouvernement

Deux ans après que les ministères de l’Environnement, des Mines et de l’Énergie en concertation avec l’Agence nationale de gestion de l’environnement (ANGE) aient procédé à la fermeture de trois sites de carrières sauvages ((à Dévikinmé, Nimagna et Alogavi) créés sur le long du littoral à la suite des dénonciations des organisations de la société civile à l’instar de Nouveau Citoyen et Novation Internationale, le phénomène reprend de l'ampleur dans de nouvelles localités et inquiète. En conférence de presse lundi à Lomé, ces mêmes OSC reviennent à la charge et dénoncent l'inaction du gouvernement face à ce drame environnemental qui frappe de plein fouet les localité d’Akoumapé , d'Abobo Sagonou et d’Avéta puisque c'est d'elles qu'il s'agit.

Cette nouvelle sortie de ces cinq organisations à savoir Nouveau Citoyen, Solidarité Planétaire Branche du Togo (SP-BT), Novation Internationale,  Comité de Réflexion et d’Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (CRAPH) et l'Association des Jeunes pour Assistance et Actions Humaines (l’AJAA) fait suite aux nombreuses plaintes émanant des populations riveraines de ces zones  sinistrées. A en croire ces OSC,
les enquête menées ont permis d’identifier la société à l’origine de ces nouvelles carrières sauvages destinées à l'extraction du sable, société semble-t-il légale qui basée sur l’ancien site de CECO BTP à Avéta.

" Une descente  de nos organisations dans ces milieux a permis de faire le constat fâcheux selon lequel de vastes domaines de carrière sauvages d’exploitation de sable ont été créés sans aucune étude préalable d’impact environnemental "  a indiqué Espoir Dodji Koudjodji, Président du Nouveau Citoyen. "L’autre drame est l’abattage anarchique des arbres qui se fait avant l’extraction du sable dans ces carrières . 

" Nous dénonçons avec à l'unanimité avec fermeté laxisme des autorités compétentes, notamment le ministère de l’Environnement et des Ressources forestières, le ministère des Mines, le ministère de la Sécurité et l’Agence Nationale de Gestion de l’Environnement ", at-il ajouté.

Jacques LEMOU

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.