Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

468x60

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

Togo : La LTDH accuse le pouvoir de violation grave des droits de l'homme et formule des recommandations

Quel est l'état des droits de l'Homme au Togo ces derniers mois? C'est l'exercice auquel s'est livré, ce mercredi 22 mai 2019, la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH). L' organisation de défense des droit de l'homme, présidé par Me Célestin Agbogan, a rendu public son rapport couvrant la période début août 2018 au 13 avril 2019  , qui dans ces grandes lignes, accable le pouvoir de violation manifeste des droit et libertés publiques.

Intitulé « Togo : La Terreur contre le Peuple, 31 juillet 2018-27 avril 2019 »? ce rapport tire à boulet rouge sur le régime de Faure Gnassingbé par rapport aux exactions et violences commises sur les populations surtout lors des manifestations politiques.

« 95% des personnes arrêtées au cours des manifestations en tant que manifestants ou non manifestants et celles arrêtées après les manifestations, ont témoigné avoir été victimes de traitements cruels, inhumains ou dégradants. Outre les personnes qui ont été arrêtées dans les villes comme Sokodé, Bafilo et Mango, les populations ont été victimes dans les rues et dans les maisons de ces traitements inhumains et dégradants au point que certains ont été contraints de fuir leur domicile », a expliqué l’organisation dans le rapport.

Les juges ne sont pas épargnés dans ce rapport.  « Juge unique, juge inique : une pratique en vogue à l’intérieur du pays et qui constitue une grave entrave à un procès équitable », note l’organisation dans le document dans lequel on lit par ailleurs : « Les tribunaux établis dans les différentes villes de l’intérieur du pays souffrent cruellement d’irrégularités fonctionnelles au point où, au lieu d’établir une justice, ils tendent à créer l’injustice », lit-on dans le document.

Le rapport se termine par des recommandations invitant le pouvoir à faire preuve de sincérité pour la résolution des crises, de procéder à la libération des personnes encore en détentions dont Foly Satchivi ainsi que les leaders du PNP  à savoir Ouro-Djikpa Tchatikpi, Sébabé-Guéffé T. Nouridine, Kezire Azizou. 

« Nous invitons l’Etat à garantir la liberté de manifestation conformément à la Constitution togolaise et à la loi N° 011 du 11 mai 2011 portant Liberté de manifestation sur les lieux publics , à ouvrir une enquête sur des cas de tortures allégés au niveau du SRI », a relevé Me Célestin Agbogan Président de la LTDH.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID