Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

468x60

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

Togo : La CNDH, l'avant-garde de la prévention de la torture


Bien que le Togo ait ratifié le 20 juillet 2010 le protocole facultatif à la convention contre la torture, cette pratique inhumaine et dégradante continue de faire parler d'elle notamment dans les lieux d’arrêt ou de détention. Afin de parvenir à éradiquer le fléau et désormais le prévenir, la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) a procédé lundi 05 aout 2019 à Lomé au lancement du Projet d'appui à la mise en place du mécanisme national de prévention de la torture. 

« Nul ne peut être soumis à la torture ou à d’autres formes de traitements cruels inhumains ou dégradants» stipule l’article 21 alinéa 1 de la Constitution togolaise et le nouveau code pénal criminalise la torture et les mauvais traitements.

La torture dans les prisons civiles du Togo, surtout celle de Lomé, un sujet délicat qui a été au centre des échanges lors de la présentation du rapport de notre pays sur la question le 26 juillet dernier à Genève en Suisse devant le Comité contre la torture. De nombreuses critiques ont été formulées par les expert sur les conditions de vie des détenus, surpopulation carcérale, les frais de 200 francs payés par les visiteurs... Ces dénonciations ont, semble t-il créé des ondes de choc au sein du gouvernement togolais. Le mise sur pied du mécanisme national de prévention de la torture peut vue comme un début de réaction en attendant les prochaines recommandations du Comité des Nations Unies contre la torture.

Ce projet d'appui que va piloter la CNDH a pour mission d'intervenir en amont pour empêcher la commission de tout acte de torture. En d'autre terme, l'institution doit être dans la proactivité. Pour mener à bien cette mission et atteindre les résultats, escomptés, la CNDH compte faire des visites régulières et inopinées dans les prisons et autres lieux d’arrêt ou de détention au Togo.

" En faisant des visites régulières et inopinées, on prévient la torture, c'est ça le mécanisme. La loi du 20 juin 2018 donne la latitude à la CNDH de le faire régulièrement et d'une manière inopinée partout où il y a privation de liberté " , a expliqué Nakpa POLO, Présidente de la CNDH (en photo) en marge des activités de ce lancement.

Il faut souligner que le lancement du mécanisme national de prévention de la torture est couplé avec une session de renforcement de capacité des membres et personnel de la CNDH sur les techniques de prévention de la torture. S'en suivra une série d'activités.

" Nous auront à former respectivement  des acteurs de la chaine pénale,  ceux des organisations œuvrant dans la défense des droits de l'homme et de la société civile en générale ", a ajouté la présidente Nakpa POLO.

Le projet a reçu l'appui du gouvernement à travers le ministère des droits de l'homme et des relations avec les institutions de la République.

" La présente  rencontre n'est point une simple formalité, il faut y voir un acte plein d'engagement, l'engagement de différents acteurs et différentes parties prenantes à la lutte contre la torture de tout mettre en œuvre pour éviter la pratique ", a martelé Daté Mensah Komlan, Directeur de cabinet du ministère des droits de l'homme et des relations avec les institutions de la République.

Projet d'appui à la mise en place du mécanisme national de prévention de la torture est mené en collaboration avec le Collectif des Associations Contre l'Impunité au Togo (CACIT).  " Pour mieux combattre la torture, il vaux mieux la prévenir ", Spéro Mawulé, président du CACIT
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID