Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

468x60

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

5 novembre 2019

Togo / Semaine du secteur privé : Des échanges tablent sur un changement de paradigme pour la réussite du PND

La première édition de la semaine du secteur privé au Togo a démarré tambour battant ce lundi 04 novembre 2019 à Lomé. Après la cérémonie de lancement officiel, place est laissée aux discussions de haut niveau et des panels d’échanges d’expériences. Sur une douzaine de riches thématiques inscrites au programme de ce rendez-vous, 6 ont déjà fait objet de débats en ce premier jour.

Ces panels ont été animés par  d’éminentes personnalité ont tourné autour des thèmes suivants :  

Le 1er : Opportunités et défis du secteur privé dans la mise en œuvre du Plan National de Développement .

1er pannel
Il a réuni  la Cheffe de la délégation de l’Union Européenne au Togo Christina Martins Barrera, la Représentante-résidente de la Banque mondiale au Togo  Mme Hawa Cissé Wagué, Kodjo Adédzé en charge du ministère togolais du commerce, de l'industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, le président de la CCIT  Germain Méba, le président du conseil national du patronat au Togo, et le président de l'association des grandes entreprises du Togo.

Le point commun des échanges porte sur le changement de paradigme.

Pour Kodjo Adedze, le ministre du Commerce, « il nous faut rompre avec les réussites silencieuses et faire en sorte que le changement de paradigme soit une réalité. Le nouveau code de l'investissement  donne au secteur des opportunités. Les affaires n'ont pas besoin du bruit, elles ont besoin de la stabilité politique. Cette stabilité, le Togo la aujourd'hui. (...) Le PND est l’apanage des petites et moyennes entreprises (locales en priorité; C'est elle qui vont structurellement changer l'image du pays, et donc nous devons tout faire pour qu'elles prospèrent. Le défi actuel est d'arriver à un PIB d'au moins 5,5% à l’horizon 2022», a-t-il indiqué ».

« Notre économie a besoin d’une nouvelle génération d’entreprises et d’entrepreneurs, des champions, capables de porter l’avenir de toute une nation. Cela suppose l’émergence d’un secteur privé compétitif, innovant, intégrant les bonnes pratiques et partageant la vision nationale du Chef de l’Etat et du Gouvernement » a déclaré Germain Meba, le président de la CCIT.

Pour la Cheffe de la délégation de l’Union Européenne au Togo Christina Martins Barrera, " le secteur privé, moteur du développement, est la base d'action de l'UE en Afrique et au Togo en particulier. L'UE intervient aujourd'hui à travers des appuis pratiques, appuis budgétaires, fondés sur la stabilité macroéconomique. Cette nouvelle donne demande beaucoup plus de digitalisation. L'UE en tant que bailleur, compte établir un système de suivi du PND".

 La fiscalité et promotion du secteur privé, c'est le 2ème thème abordé.

2ème panel
Les panélistes étaient le Président de la BOAD, le commissaire général de l'OTR Philippe Kokou Tchodiè, Michèle Kuévidjin du Patronat et Eric Atayi DG de la société EKEA. Le s discussions ont montré que la politique fiscale est tirée entre 2 enjeux majeurs  : mettre en place un cadre de développement des entreprises et avoir la capacité de drainer un flux important de recouvrements pour la réalisation des infrastructures

Ils sont revenus largement sur les réformes opérées par le gouvernement togolais pour rendre l'environnement des investissement attractif et à améliorer le climat des affaires : l'adoption d'un nouveau code des impôts et celui des investissements, qui consacre des améliorations de taux d'imposition (de 29 à 27 % aujourd'hui; 25 % sous peu, la suppression des certaines taxes, création d'un guichet unique pour le foncier, la digitalisation des opérations (télédéclaration et télépaiement, un statut particulier pour la zone franche....

Les autres thématiques abordées sont : Comment promouvoir des entrepreneurs champions au Togo ; la promotion de la consommation locale ; la migration de l’informel vers le formel et Accès au financement : cas des PME/PMI.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID