Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

26 décembre 2019

Lutte contre le VIH : Le Togo a fait des avancées en terme de couverture médicale

Depuis 2016, le Togo à l’instar d'autres pays, s'est engagé à accélérer et intensifier la lutte contre le VIH pour mettre fin à l’épidémie de sida  à l'horizon 2030. Pour se faire, deux objectifs clés sont en ligne de mire.

Premier objectif : les trois 90, c’est-à-dire que 90% des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) connaissent leur statut, que 90 % parmi ces personnes séropositives reçoivent des antirétroviraux et 90 % parmi ces dernières ont une charge virale non détectable. 90-90-90 est un objectif mondial fixé par l'Onusida, d’ici à 2020, pour la riposte face au sida.

Par rapport à ce 1er objectif, le Togo a fait des progrès salutaires : 73 % des PVVIH connaissent leur statut et 81 % parmi elles reçoivent les antirétroviraux nécessaires à leur prise en charge. Cela veut dire que fin 2018 environ 64.OOO PVVIH parmi les 110.000 dans le pays recevaient ces médicaments. En 2019, ils sont 70.000 PVVIH à recevoir ces médicaments

Il est à noter cependant que seuls 34 % des 12.000 enfants de 0 – 14 ans, vivant avec le VIH dans le pays reçoivent un traitement antirétroviral en raison du faible taux de dépistage du VIH chez ces enfants. Depuis 2010, la couverture connaît une tendance à la hausse même si la progression reste lente.

Deuxième objectif fixé par la communauté internationale : l’élimination de la transmission du virus VIH de la mère à l’enfant.  

Au Togo, le taux de couverture des femmes enceintes est passé de 16 % en 2010 à 80 % en 2018. Avec un tel progrès, l’on peut espérer que d’ici peu de temps le taux de couverture souhaité de 95 % pourrait être atteint. Ainsi la chaîne de transmission du virus de la mère à l’enfant sera totalement coupée.

Les accouchements des femmes enceintes séropositives ont permis d’enregistrer 3725 enfants vivant nés de mères séropositives. Parmi eux 96,99% (3613/3725) ont reçu la prophylaxie antirétrovirale. Cette performance est due à la disponibilité des ARV et à l’initiation de la prophylaxie qui se fait en salle d’accouchement. Depuis 2016, le Togo offre chaque année le conseil et dépistage à plus de 400.000 personnes. 

La mise en œuvre du plan d’élimination du VIH de la mère à l’enfant a permis d’avoir une couverture géographique des services PTME dans plus de 72% des structures SMNI à la fin de l’année 2018 (Rapport annuel de performance du MSHP, 2019, p44).



« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID