Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

20 janvier 2020

Lutte contre les médicaments falsifiés : L’initiative de Lomé consacre l’approche sécuritaire.


L’initiative de Lomé sur la lutte contre les faux médicaments qui s’est tenue le samedi 18 janvier 2020, donne plus de précisions sur les possibilités de mobilisation des ressources nécessaires,  en vue de  l’atteinte des objectifs liés à la charte que les huit (8) pays concernés pour le moment entendent ratifier bientôt. Il est question d’étendre la mobilisation des ressources au secteur de la sécurité pour une plus grande efficacité.


La conférence de presse organisée par le ministre de la santé togolais  en présence de plusieurs personnalités, à l’issue de ce sommet révèle que jusqu’en 2015, l’essentiel des revenus issus du vaste trafic des médicaments falsifiés servait à financer les réseaux terroristes tels que Al-Qaïda, HAMAS, Hezbollah . La prise de conscience de ce fléau par le conseil de sécurité de l’ONU donne de nouvelles orientations du fait de l’impact sécuritaire  qui en découle.

C’est dire que la problématique du trafic des faux médicaments n’est plus seulement qu’une question de santé, mais reste aussi et surtout une préoccupation sécuritaire. Combattre le trafic des médicaments falsifiés c’est aussi lutter contre le terrorisme.

Les directeurs  l’OMS et l’UNICEF respectivement Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus et   Henrietta Fore , sont persuadés que l’initiative de Lomé organisée par la Fondation de Brazzaville  offre une clé qui permettra d’impliquer, en  plus du secteur de la santé dans pays africains engagés (Sénégal, Togo, Ghana, Ouganda ...), le secteur de la sécurité dans la mobilisation des ressources nécessaires pour la lutte.

Il s’agira des actions synergiques dont les stratégies seront définies en amont avec le soutien de l’ONU.

 Jacques LEMOU.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID