Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

468x60

  Cliquez sur le bouton Play pour lancer la radio

6 janvier 2020

Présidentielle 2020 : Retour sur une semaine de cirque politique au Togo.

Le compte à rebours pour la présidentielle du 22 février prochain est lancé depuis le 1er janvier et l'actualité politique ces derniers jours au Togo ressemble à une partie de cirque qui ne dit pas son nom. Depuis le choix d'Agbeyome Kodjo par Mgr Kpodzro comme candidat unique de l’opposition à la présidentielle de 2020, ne cesse de cristalliser le débat au sein de la classe politique et de l'opinion publique togolaise. A cela vient s'ajouter un certain imbroglio total ce week-end, notamment le retrait du CAR de la course et une prétendue investiture de Faure Gnassingbé à Kara comme candidat-champion du parti au pouvoir UNIR.

Agbeyome Kodjo et son mentor le prélat Mgr Kpodzro font toujours parler d'eux. Pendant qu'ils se disent convaincus de sonner la fin du régime UNIR et d'obtenir l'alternance au soir du 22 février 2020, certains les taxent déjà de vendus ou traites à la solde du pouvoir, d'autres trouvent que l'ancien premier ministre n'est qu'un ver de terre qui se fera écrasé par la machine bien huilée RPT/UNIR. Quand la C14 dit prendre acte de cette désignation d'Agbeyome Kodjo par Mgr Kpodzro comme candidat unique de l’opposition à la présidentielle de 2020, l'ANC se désolidarise plutôt. L'ex-chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, a bien précisé que l'ANC ne soutiendra aucun candidat en dehors de l’ANC. 

Pendant ce temps, le CAR de Me Agboyibo a décidé de se retirer du processus électoral. Samedi, lors d'un conseil national placé sous le thème : « Le salut du Togo pour le courage de la vérité », les présidents des fédérations du « parti des déshérités » ont décidé de ne pas se prêter au jeu de la présidentielle de février 2020. Selon eux, ils « refusent d’accompagner » le régime de Faure Gnassingbé à la mascarade qui se prépare. Pour eux, aller à cette élection de 2020, c’est comme « cautionner la fraude électorale » en perspective.

Annoncé à Kara pour une rencontre de son investiture pour l’élection présidentielle du 22 février prochain, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé était plutôt à Lomé. L’information avait envahi les réseaux sociaux toute la journée du dimanche et relayée même par certains confrères de la presse s'est finalement avérée comme "fake news" ou selon certaines indiscrétions "annullée".

Le Premier Porte-parole du Front Citoyen « Togo Debout », Professeur David Dosseh ne croit pas à la « transparente ». « Le jeu aujourd’hui, tout le monde le sait, les dés sont totalement pipés. L’élection est en faveur d’un seul parti », déplore Prof David Dosseh.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID