Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

22 avril 2020

Togo / Arrêté depuis hier, Agbeyomé Kodjo obligé de répondre des accusations dont il fait objet

Après qu'il ait par 3 fois de suite refusé de se présenter de lui-même du au Service Central de la Recherche et d’Investigations Criminels (SCRIC),  Agbeyomé  Kodjo a été interpellé dans la matinée de mardi pour être entendu par la justice. Il doit faire face aux  charges retenues contre lui.

Sur le fond, beaucoup de choses sont reprochées au député Agbeyomé au delà du simple  fait de  contestation des résultats. Il est allé plus loin en utilisant les emblèmes de l'État et en s’autoproclamant  chef dEtat contrairement à ce qu'ont donné les instituons habilitées notamment la CENI et la cour constitutionnelle.  Il a dans la foulé nommé un premier ministres et des ministres. Même la veille de son interpellation, il a refait un nouveau message à la nation. La justice va l'entendre et voir si les faits reprochés sont avérés et elle tranchera en fonction des normes en la matière. 


Dans cette logique, le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Lomé, a dans un communiqué publié ce mardi, promis le respect de la présomption d'innocence et des règles procédurales.

A la suite de cette interpellation, la conférence des évêques a fait une sortie où ils condamnent la « brutalité et la violence » perpétrées par les forces de défense et de sécurité qui ont procédé à l’arrestation de l’opposant. Ils préconisent une solution politique et demandent la libération de l’ancien Premier ministre, chose qui tout à fait  normale mais chacun est dans son rôle. 

Mais la question que certains se posent est la suivante : l'État n'a -t-il pas le droit de faire respecter ses règles ? Et les évêques, quel message ont -ils fait la démarche à l'endroit de leur aîné et à Agbeyomé afin qu'il répondre tout simplement aux invitations de la gendarmerie ?

Il faut noter aussi que la dynamique Kpodzro dont fait parti Agboyomé n'est pas en odeur de sainteté avant les autres parties de l'opposition. L' ANC a menacé Mr Kpodzro de poursuites car il considère qu'il diffuse des mensonges pour discréditer une partie de l'opposition.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID