Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

05 mai 2020

Le paludisme "complètement stoppé" par un microbe

L'équipe de chercheurs du Kenya et du Royaume-Uni affirme que cette découverte a un "potentiel énorme" pour endiguer la maladie. Le paludisme se propage par la piqûre des moustiques infectés, donc les protéger pourrait protéger les gens.

Les chercheurs s'évertuent maintenant à savoir s'ils peuvent relâcher les moustiques porteurs de ce virus dans la nature ou utiliser des spores pour supprimer la maladie.

Quel est ce microbe ?

Le microbe bloquant le paludisme, Microsporidia MB, a été découvert en étudiant les moustiques sur les rives du lac Victoria au Kenya. Il vit dans les intestins et les organes génitaux des insectes.

Les chercheurs n'ont pas pu trouver un seul moustique porteur des Microsporidia qui abritait le parasite de la malaria.

Et les expériences menées en laboratoire, publiées dans Nature Communications, ont confirmé que le microbe protégeait les moustiques.
Les microsporidies sont des champignons, ou du moins des organismes qui en sont très proches, et la plupart sont des parasites.

Cependant, cette nouvelle espèce peut être bénéfique pour le moustique et a été trouvée naturellement chez environ 5% des insectes étudiés.

Quelle est l'ampleur de cette découverte?

"Les données que nous avons jusqu'à présent suggèrent qu'il s'agit d'un blocage à 100%, c'est un blocage très notable de la malaria", a déclaré à la BBC le Dr Jeremy Herren, du Centre international de physiologie et d'écologie des insectes (icipe) au Kenya.

Il a ajouté : "C'est une sacrée surprise. Je pense que les gens vont trouver que c'est une véritable percée".

Plus de 400 000 personnes sont tuées par la malaria chaque année, la plupart étant des enfants de moins de cinq ans.

Si d'énormes progrès ont été réalisés grâce à l'utilisation de moustiquaires et à la pulvérisation d'insecticide dans les maisons, ces dernières années ont été marquées par une stagnation. Il est largement admis que de nouveaux outils sont nécessaires pour lutter contre le paludisme.

Comment le microbe arrête-t-il le paludisme ?

On ne sait pas encore tout à ce stade.

Mais les microsporidies MB pourraient renforcer le système immunitaire du moustique, de sorte qu'il soit plus apte à combattre les infections.

Ou bien la présence du microbe dans l'insecte pourrait avoir un effet profond sur le métabolisme du moustique, le rendant inhospitalier pour le parasite du paludisme.

Les infections à Microsporidia MB semblent durer toute la vie. Les expériences montrent même qu'elles deviennent plus intenses, de sorte que l'effet bloquant du paludisme serait durable.

Quand peut-on l'utiliser contre le paludisme ?

Au minimum, 40 % des moustiques d'une région doivent être infectés par les microsporidies pour faire une brèche significative dans la malaria.

Le microbe peut être transmis entre moustiques adultes et il est également transmis par la femelle à sa progéniture.

Les chercheurs étudient donc deux stratégies principales pour augmenter le nombre de moustiques infectés par ce virus.

Les microsporidies forment des spores qui pourraient être libérées en masse pour infecter les moustiques. Les moustiques mâles (qui ne piquent pas) pourraient être infectés en laboratoire et relâchés dans la nature pour infecter les femelles lors de leurs rapports sexuels.

"C'est une nouvelle découverte. Nous sommes très enthousiastes quant à son potentiel pour la lutte contre le paludisme. Il a un potentiel énorme", a déclaré à la BBC le professeur Steven Sinkins, du Centre de recherche sur les virus de la MRC-Université de Glasgow.

Ce concept de contrôle des maladies à l'aide de microbes a déjà des précédents. Des essais en conditions réelles ont montré qu'un type de bactérie appelé Wolbachia rend la propagation de la dengue plus difficile pour les moustiques.

Les scientifiques doivent comprendre comment le microbe se propage, c'est pourquoi ils prévoient de réaliser d'autres tests au Kenya. Toutefois, ces approches sont relativement peu controversées, car l'espèce est déjà présente dans les moustiques sauvages et n'introduit rien de nouveau.

Elle ne tuerait pas non plus les moustiques, et n'aurait donc pas d'impact sur les écosystèmes qui en dépendent pour leur alimentation.

Cela fait partie d'autres stratégies comme celle d'un champignon tueur qui peut décimer presque complètement les populations de moustiques en quelques semaines.

BBC AFRIQUE
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID