Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

21 juillet 2020

Economie bleue : Le Togo va en guerre contre l’insécurité maritime


L’instabilité maritime, l’érosion côtière, la criminalité transfrontalière (trafic de drogue, d’êtres humains, d’armes à feu ; la piraterie etc.) et les répercussions y afférentes sont des maux qui persécutent l’économie bleue, menacent la sécurité des citoyens ou des travailleurs et importunent la souveraineté nationale. Malheureusement, ils sont devenus fréquents dans la sous-région au fil du temps, ce qui nuit véritablement aux économies nationales. Le Togo, reconnu pour son hospitalité et son climat social serein, est tout de même confronté à ce fléau au conséquences socioéconomiques méprisables. Pour endiguer le phénomène, le pays va étendre et renforcer, à partir de 2020, les mesures préexistantes liées à la protection des côtes.

Selon les statistiques du Bureau maritime international pour l’année 2018, sur 201 cas d’attaques de piraterie et de brigandage dans le monde, l’Afrique de l’Ouest compte 87 cas. Le Golfe de Guinée enregistre 82 cas soit 41% sur le plan mondial, faisant de lui l’épicentre de la piraterie.

Les gouvernants togolais sont convaincus que la sous-région fait face à une dégradation rapide et inquiétante de la situation sécuritaire. Ils savent que le Togo, dans cet environnement, se doit de tout mettre en œuvre pour maintenir un climat de paix et de sécurité qui est la condition sine qua non pour tout développement. C’est pourquoi le pays va poursuivre les mesures relatives à la sécurité maritime aux larges des côtes afin de lutter contre la piraterie et permettre à l’économie bleue de jouer pleinement son rôle au cours des cinq (05) prochaines années.

L’Onaem et le HCM aux avant-postes

Déjà, le pays a créé en 2014, l’Organisme national chargé de l’action de l’Etat en mer (Onaem) pour renforcer le rôle des administrations publiques et coordonner les efforts intersectoriels afin de protéger les acquis et/ou intérêts maritimes du Togo ; lutter contre la piraterie et les trafics illicites notamment des stupéfiants ; éviter les rejets illicites en mer ; protéger le milieu marin ; lutter contre l’immigration illégale et la traite par voie maritime ; surveiller et contrôler l’exploitation des ressources halieutiques etc.

Pour assister l’Onaem, il a été mis en place un Haut conseil pour la mer (HCM) qui permet de déterminer les plans directeurs ; de discuter des priorités de l’action gouvernementale dans l’espace maritime, en matière économique, environnementale et sécuritaire ; d’aider à identifier et à acquérir des moyens nécessaires à la réalisation des objectifs fixés ; de veiller à l’application des décisions prises ; de sécuriser les échanges commerciaux par voie maritime etc.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID