Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

06 juillet 2020

" Violence comme réponse des hommes Noirs face à leur invisibilité aux USA", Thèse de doctorat de Dr Gaston Koboyo FAWI


La récurrence des manifestations antiracistes ces dernières semaines dans le monde suite au meurtre de Georges Floyd aux Etats-Unis d’Amérique continue de retenir l'attention de plusieurs experts, historiens  et  analystes sociopolitiques quant à l'issue d'une lutte qui semble avoir trop duré.

Pour mieux appréhender  le sujet, l'équipe de la Radio Oreole a accordé une interview à un éminent Togolais qui s'intéresse particulièrement aux questions de racisme. Il s'agit  du  Dr  Gaston Koboyo FAWI, Spécialiste en  Littérature Américaine, Traducteur - Interprète, Directeur de la Société GF Translation Businesses & Partners, SARLU

''Violence comme réponse des hommes Noirs  face à leur invisibilité aux Etats-Unis d’Amérique, une étude comparée de Native Son de Richard Wright et Another Country de James Baldwin'', c'est bien le thème de sa  thèse de Doctorat Unique soutenue le 05 Juin dernier dont la problématique exposée  apparaît aujourd'hui comme une prophétie des  événements  post 25 mai 2020 aux États-Unis, en Europe, en  Afrique et partout ailleurs.

Pour Dr FAWI Koboyo, aucune étude approfondie sur la question ne saura se passer de la définition de deux concepts clés notamment ‘’race’’ et  ‘’racisme’’

R. O : Quelle appréhension donnée aux concepts « Race », « Racisme

Dr FAWI Koboyo :

La race

Le terme peut se définir  comme le groupement biologique d'espèces humaines se distinguant par des traits physiques tels que la couleur de la peau, le type et la couleur des cheveux, la forme du corps, les traits du visage et du sang. Ces caractéristiques étant transmises par hérédité au moyen des gènes.

Le racisme

Quant au racisme il s'assimile à des rapports de forces inégaux qui découlent de la domination socio-politique d’une race par une autre et qui se traduisent par des pratiques discriminatoires systématiques, notamment la ségrégation, la domination, la persécution, etc…  "Sur la base de cette définition, quand je parle de racisme je vais au-delà de l’unique race humaine dont nous sommes tous membres, pour parler des caractéristiques des biologiques que des individus de la race humaine peuvent avoir et qui les différentient des autres. Ceci dit le racisme fait alors appel aux rapports de force qui émanent  du fait qu'une race prétend être supérieure à une ou aux autre (s) et par conséquent, prétend avoir le droit de la dominer, et l’assujettir ; c'est ce qui explique les pratiques tels que la ségrégation, la discrimination, la domination, la violence raciale, etc… " explicite le spécialiste.

Selon lui, comme l'a reconnu W. E. B. Dubois, le problème du 20e siècle mais aussi du 21é siècle est le problème du racisme qui  est devenu une véritable gangrène sociale.

La présente étude se contextualise dans le cadre des États-Unis, une nation arc-en-ciel qui de part l'histoire a reçu des vagues d'immigrations et où se retrouvent actuellement  les Blancs, les Noirs, les Asiatiques, bref les Hommes de toutes races. De ce fait, le problème du racisme de façon générale est beaucoup plus crucial aux États-Unis. 

Cependant nous avons choisi particulièrement de mettre l'accent sur le racisme entre les Noirs et les Blancs.

Le racisme se manifeste de différentes manières notamment par la violence. Étant entendu que les Noirs sont considérés comme des êtres inférieurs, ils sont aussi assujettis à des travaux inhumains, à des pratiques discriminatoires et cette situation est née depuis le temps d'esclavage qui a duré plus de trois siècles et qui a été théoriquement abolie aux Etats-Unis en 1863 par le Président Américain Abraham Lincoln. Mais après cette abolition, il y’a eu des lois discriminatoires, les ‘’Jim Crow Laws’’ qui ont été implémentées et qui donnaient droit aux Blancs de pouvoir discriminer les Noirs, une  situation qui a perduré jusqu'à l'ère des droits civiques où les Noirs ont pris conscience de leur état et ont commencé par se battre pour réclamer leur liberté et égalité.

Effectivement en 1964, il a eu une loi, la ‘’Civil Rights Act’’ qui a été prise justement pour mettre fin à toute sorte de discrimination. Malheureusement cette loi n’a pas changé grande chose en ce qui concerne les pratiques discriminatoires dans les bus, les écoles, les services publiques et sociaux, l’administration, etc... Pratiques qui ont existé depuis l'ère de l'esclavage en passant par l'ère des Jim Crows Laws, la période des Ku Klux Klan (société sécrète terroriste suprémaciste blanche)  sont toujours en vigueur.

En réalité toutes ces tentatives de lois n'ont jamais mis fin à la question du racisme envers les Noirs. Donc le racisme n'a fait que prendre d’autres aspects au fil du temps et ce jusqu'aujourd’hui. Les derniers événements aux Etats-Unis nous donnent raison. Le pire c’est que le racisme aux États-Unis tend à s’institutionnaliser. Ce qui explique le caractère raciste des institutions américaines, (le système judiciaire, la police, l’administration etc....)

R. O : Quand vous parlez du racisme institutionnel à quoi faites-vous allusion ?

Dr FAWI Koboyo : Lorsque je parle du caractère institutionnel du racisme, je veux faire allusion aux lois qui ont été voté délibérément en faveur du racisme dans le passé, qui ont été théoriquement abolies mais qui ont beaucoup influencé toutes les institutions américaines. Le système judiciaire, la police, le renseignement, le système éducatif, le système sanitaire, etc… Les différents sondages sur l’inégalité entre Blancs et Noirs en termes d’exposition aux violences policières, en termes de taux d’incarcération, du taux des peines de mort, du taux d’emploi et même d’espérance de vie prouve à suffisance le caractère institutionnel du racisme aux Etats-Unis. Les  pratiques racistes sont profondément ancrées dans les habitudes et les mentalités.

Une autre preuve de ce que nous disons c’est que lorsque le Président Obama était venu aux affaires comme premier Président Noir Américain aux Etats-Unis, certains se faisaient des illusions comme quoi, il allait acquérir les Etats-Unis au profit des Noirs ou qu’il allait renversé les tendances mais à leur surprise, l'ex président Noir, le premier dans l'histoire des USA, n'a pas pu changer grande chose et même certaines de ses initiatives ont tendance à être remises en cause aujourd’hui par l’actuel Président Donald Trump.

Aussi faut-Il  comprendre  que  ce sont les institutions qui font l'Amérique et un seul individu  Noir ne peut qu'être limité dans ses efforts. C'est ce qui fait  la complexité de la question du racisme dans le contexte américain. Malheureusement cela va perdurer.

Dr FAWI Koboyo : Le cas de George Floyd

Le cas de George Floyd a été juste  la goutte d'eau qui a fait déborder la vase
Je me rappelle, lors de la soutenance de ma thèse un des membres du jury a fait entendre que le sujet que j'ai développé était comme une prophétie. Mais en réalité, il n’y a rien de nouveau. Ce qui se passe aujourd’hui, c'est le résultat des frustrations, de tous ce qui s'est passé depuis l'esclavage et qui continue par se reproduire actuellement. Et cela va malheureusement perdurer. Les bavures policières sont devenues monnaie courante aux Etats-Unis. Avant le cas Floyd, il y’a eu les cas Michael Brown en 2014, Stephon Clark en 2018, Alton Sterling en 2016 etc…  et chaque jour, il y’a des cas de bavures policières dont on ne parle pas forcément. 

Cela va continuer parce-que le racisme est ancré dans la société américaine et se caractérise par la  violence et une forme de haine face aux individus noirs. Peut-être  que si Floyd était Blanc dans les mêmes circonstances, il n'aurait pas subi le même sort. Donc le fait qu'il soit Noir est un facteur qui a joué en sa défaveur.

R. 0 : Y a-t-il des approches de solutions au problème de racisme ?

Dr FAWI Koboyo : Les manifestations ont été l’un des moyens utilisés par les Noirs pour exprimer leur mécontentement face au racisme. A mon avis, si les manifestations devraient résoudre le problème du racisme, ce problème serait déjà résolu depuis des décennies. Les manifestions il y en a eu assez aux Etats-Unis. On se rappelle encore de celles des années 1960 qui ont conduit à l’assassinat de Martin Lutter King et d'autres leaders des droits civiques aux États-Unis. Je ne dis pas que ces manifestations n’ont pas engendré des avancées, mais pour venir véritablement à bout du problème, il est beaucoup plus question de changement de mentalité, d’habitudes et de véritable transformation sociale.

R. O : Mais les manifestations récentes   ont été véhémentes et faites même hors de l'Amérique....

Dr FAWI Koboyo : Les récentes manifestations ont eu beaucoup plus d'ampleur, il y’en a eu partout aux États-Unis, et même dans d'autres pays d'Europe et le mouvement Black Lives Matter a été créé par rapport à cette question de racisme. On peut comprendre qu’il y’a un éveil de conscience qui pourrait  quand même contribuer à changer les mentalités et les habitudes.

Toutefois pour que le mal ne même puisse disparaître, il va falloir simplement que les États-Unis, en commençant par les Institutions américaines aient le courage de se conformer à ce qui est inscrit dans leur constitution, à savoir que tous les hommes sont nés égaux et ont le droit de jouir des mêmes avantages, et libertés bien entendu quelques soit leur race... Donc théoriquement, les États-Unis semblent être la nation la plus démocratique, la nation de toutes les libertés mais dans la pratique, il en est de rien.

Il faudrait aussi que les différences raciales au lieu d’être une source de conflit, soient un moyen de complémentarité et un facteur de cohésion sociale. Il faudrait que les différentes races tirent profit l’une de l’autre, sachant qu’aucune race n’est supérieure à une autre. Ce faisant on parviendra à une société plus inclusive, paisible,  et dénudée de toutes formes de discriminations.

Tous les Etats et tous les peuples doivent comprendre et œuvrer à ce que nos différences deviennent une richesse et un levier de développement. C’est ainsi qu’on pourra vaincre les fléaux sociaux qui minent nos sociétés y compris notre chère société togolaise ; je veux parler du tribalisme, de l’ethnocentrisme, du radicalisme politique, religieux, la xénophobie. Tous ces phénomènes sont aussi nuisibles que le racisme et sont souvent à la base des injustices sociales qui nourrissent l’extrémisme violent de même que les grands conflits partout dans le monde.

R. O : Qu’en est-il de la question d'identité ?

Dr FAWI Koboyo : C'est une question majeure aux États-Unis. W.E.B Dubois en a suffisamment parlé lorsqu’il faisait allusion à la double conscience des Noirs Américains et cela est dû à leur histoire tout simplement. Africains d’origine, ils ont été ‘’déporté’’ contre leur gré aux États-Unis à cause de l'esclavage. Et ils y ont vécu pendant des générations. N’ayant pas été totalement intégré dans la société américaine, socialement parlant, ils ne sont ni Africains, ni Américains au même titre que les Blancs Américains ; ce qui explique ce problème de double-conscience des Noirs. Ils sont aux Etats-Unis comme une nation dans une nation, ce qui les défavorise. Ils sont toujours considérés comme les descendants  de l'Afrique.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID