Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

07 août 2020

Du faux suspens au reniement, Alassane Ouattara invoque " sacrifice et cas de force majeure" pour briguer un 3ème mandat

Amadou Gon Coulibaly serait-il revenu précipitamment de l'autre côté pour contraindre Alassane Ouattara à écourter le temps de deuil  et sauver la Côte d’Ivoire, du moins le RHDP d’une éventuelle naufrage en briguant un 3ème mandat  lors de la présidentielle d’octobre prochain? Quoi qu’il en soit, c’est l’épilogue du semblant suspens savamment nourri et entretenu, long d’un mois de ce qu’on peut appeler « Jacques où es-tu ? Me voici ».

La mort de son défunt désigné Amadou Gon Coulibaly a rebattu toutes les cartes. Alassane Ouattara lève enfin le voile sur son intention. Il a décidé depuis hier de sortir de sa retraite politique pour dit-il, faire don de sa personne (un devoir citoyen) dans le seul intérêt de la nation ivoirienne. Ce sont là les deux raisons principales avancées par le chef de l’Etat pour justifier son choix d’être candidat le 31 octobre prochain, choix qu’il juge d’ailleurs murement réfléchi.

« Face à ce cas de force majeure et par devoir citoyen et de sacrifice que j’assume "par amour de son pays"   , j'ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 ».

Le chef de l’Etat ivoirien a ensuite listé les points qui, selon lui, nécessiteraient une continuité à la tête du pays : les défis pour maintenir la paix et la sécurité en Côte d’Ivoire, le besoin de juguler la pandémie de coronavirus, les risques que tous les acquis de ses neuf ans de pouvoir soient compromis. Des points auxquels s’ajoute le calendrier très serré, avec des élections dans trois mois. Alassane Ouattara a donc voulu montrer qu’il se lançait non pas pour s’éterniser au pouvoir, mais plutôt par la force des choses.

Alassane Ouattara s’était engagé à ne pas briguer un nouveau mandat dans son discours du 5 mars. Devant le Parlement, il avait dit souhaiter céder la place à une nouvelle génération. Tout en précisant bien que la nouvelle Constitution l’autorisait à se présenter, et qu’il le ferait si Bédié et Gbagbo décidaient de se lancer eux aussi. Revirement de situation qui ne lui laisse donc pas le choix.

L'opposition brandit la question de la légalité d’un troisième mandat. En effet, l’article 183 de la Constitution de 2016 interdirait, selon eux, toute candidature du président ivoirien.

Un débat juridique qui pourrait se terminer devant le Conseil constitutionnel, dont plus de la moitié des juges ont été nommés par ADO.


C’est le même scénario qui risque de se reproduire au Guinée. Hier mercredi, Alpha Condé dit avoir pris acte de son investiture pour porter les couleurs de son parti à l’élection présidentielle d’octobre prochain.


Jeudi 6 août 2020 : Fin de suspens, Alassane Ouattara vient d'annoncer officiellement sa candidature pour la présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d'Ivoire.

Une semaine après avoir demandé à ses partisans de lui accorder un temps de réflexion, A 78 ans, Alassane Ouattara a enfin dévoilé son choix. Il a décidé  de  défendre les couleurs de son parti le RHDP, en remplacement de Amadou Gon Coulibaly, décédé subitement le 8 juillet dernier.

Cette annonce, le Président ivoirien la rendue publique au cours de son message à la nation à la veille du 60ème anniversaire de l'indépendance de son pays.
Il fait donc un rétropédalage sur sa décision de ne pas se représenter pour un troisième mandat et laisser la place aux jeunes. L'Afrique comme il va. La parole donnée n'a plus d'importance.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID