Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

12 septembre 2020

L’ANIAC-Togo à l’œuvre pour éviter le drame du port de Beyrouth

Le Togo a tiré une leçon de la mauvaise gestion du stockage des produits chimiques au Liban qui a couté la vie à plus de 171 personnes et fait plus de 6000 blessés et d’énormes dégâts matériels, tout récemment dans une explosion de plus de 2750 tonnes de  nitrate d’ammonium au port de Beyrouth. Pour ce faire, l'Autorité Nationale pour l'Interdiction des Armes Chimiques (ANIAC-Togo) prend déjà les taureaux par les cornes : agir en amont sur le terrain en faisant observer par les acteurs impliqués des mesures de sûreté et de sécurité.

L’ANIAC-Togo), la structure en charge de la coordination, le contrôle à l'importation et l'exportation ainsi que la supervision et l'utilisation des produits chimiques, a organisé une rencontre avec les médias ce 11 septembre à Lomé pour communiquer sur les programmes qui vont concourir à endiguer tout ce qui peut être source de menace en matière de l'utilisation et le stockage des produits chimiques sur le territoire national. 

Tirant leçon du tragique accident au Liban le 04 août 2020 , il urge de mettre en œuvre un ensemble de mesures préventives en identifiant les défaillances potentielles des matériels, les défauts éventuels des procédés ou de la conception ainsi que les erreurs humaines possibles, lors de la manutention et de l’entreposage des produits chimiques, selon les termes du président de l’ANIAC Amah Hunlédé, car dit-il, « le Togo n’est pas à l’abri de ces incidents, la menace chimique est réelle et pèse sur tous les Etats industriels ou en développement. Face aux déboires, leur gestion est un défi majeur pour notre pays ».

Le président  de l’ANIAC Togo invite les acteurs à observer les règles générales de sécurité et sûreté dans la zone portuaire et en entreprises.

Des quantités importantes de produits chimiques de nature diverse sont couramment utilisées dans  plusieurs secteurs d’activités. A cela s’ajoute les risques liés à la manutention, au stockage, à la manipulation et à l’exposition de ces produits en milieux portuaire et industriel.  Selon lui, même les rejets volontaires des eaux usées, des effluents et des déchets industriels constituent des conséquences négatives de l’utilisation des produits chimiques. 

L’ANIAC Togo est donc à l’œuvre pour acquérir 3 sites pour l’entreposage et la neutralisation des produits chimiques, ces derniers constituant en fait un problème de santé publique et de pollution de l’environnement.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID