Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

16 novembre 2020

Covid-19 au Togo : Le CHU Sylvanus Olympio face à la rude épreuve des mesures barrières

 


La pandémie du coronavirus s’extasie là où on lui fait un bon lit. De ce fait, ce qui se passe actuellement au CHU Sylvanus Olympio à Lomé mérite une attention particulière. Dans un lieu où des centaines de gens se côtoient chaque jour, le risque d’une propagation de la maladie au covid-19 parait élevé. Mais,  contre toute attente, c’est l’endroit par excellence où les mesures barrières sont foulées aux pieds, dans une indifférence totale et sans le moindre souci.

 

Le plus grand hôpital du Togo face aux défis de la pandémie du coronavirus. Que se passe-t-il exactement en ce lieu ? Dans une série de descentes inopinées que l’équipe de la Rédaction de Radio Oreole a effectuée, le constat est amer. Les mesures barrières, censées endiguer ou briser les chaînes de contaminations, ne sont aucunement pas l’apanage de ces nombreux usagers des services de cette grande plate-forme hospitalière. La majorité de ceux qu’on y voit régulièrement sont soit des patients et leurs accompagnateurs, soit des visiteurs, bref des gens qui viennent d’horizons divers. Or rien ne prouve que ces derniers  ont été soumis à des tests au préalable.


Tous sont en effet sont de potentiels porteurs du virus. Ce sont aussi des candidats à la contamination.


Il est vrai, qu’à l’entrée principale du complexe, deux dispositifs de lave-mains ont été installés, dont un au niveau de la caisse. Cependant, c’est au grand regret que nous avons observé que tous ceux qui passent n’accordent aucune importance à ce dispositif. Les gens défilent, se déplacent de l’extérieur vers l'intérieur et vice-versa, sans se donner la peine de s’arrêter une seule seconde, et se laver les mains.

 

Outre cela, le port du masque est aussi mis à mal. Il est évident que beaucoup de concitoyens continuent de banaliser ce moyen de protection préconisé par les hautes instances de santé à l’échelle mondiale et au Togo. Mais lorsqu'une telle situation élit domicile dans un lieu aussi sensible que  le CHU, il est tout à fait normal de craindre le pire. En effet, ceux qui arrivent à mettre le masque, préfèrent le laisser sous le menton  ou le tenir dans la main.


Pour ce qui est de la distanciation, c'est aussi un souci. Même si on ne voit pas de foules aussi conséquentes, on note quand même de petits regroupements par endroit, notamment des personnes qui ont accompagné leurs patients ainsi que des visiteurs. On peut voir que venus de localités différentes, ces personnes ne se privent pas des échanges rapprochées. D'ailleurs, dans les va-et-vient, les gens se croisent, ce qui crée des contacts plus que permanents. 


Or, par dessus tout, la plus part a accès aux salles où les patients sont gardés, et là aussi, aucun contrôle.


Le comble,  visiblement, il n’y a aucune équipe  ou cellule à qui, la tâche de contrôle de respect des mesures barrières ait été confiée spécialement. Bien sûr qu'on y voit des agents de sécurité, mais ceux-ci sont le plus souvent préoccupés à montrer aux entrants et partants, quelle voies emprunter. 


Il va falloir que les responsables du CHU Sylvanus Olympio soient beaucoup plus regardant sur cet aspect. Pour quoi pas ne pas mettre en place une commission dédiée au contrôle de ces mesures barrière? Ce qui permettra de rappeler à l'ordre tout ceux qui les négligent aussi bien à l'entrée qu'à l'intérieur. C'est un défi que l'hôpital doit relever.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID