Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

03 novembre 2020

Le CACIT et l’OMCT à l'œuvre pour l’amélioration du système carcéral au Togo

  


L’amélioration du système carcéral au Togo tient beaucoup à cœur le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT). Pour renforcer les actions qu’il ne cesse de mener depuis plusieurs années, le CACIT a organisé une rencontre de réflexion sur le sujet les 28, 29 et 30 octobre 2020 à Kara au Nord du Togo, ceci en collaboration avec l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT).

 

Cette rencontre d’échange qui a réuni 27 acteurs de la chaîne pénale et de la société civile, avec le soutien financier de l’Union Européenne (UE) a permis de jeter les bases d’un système carcéral au Togo. Différentes options ont été explorées, et à la fin des 3 jours, les meilleures pistes possibles pour l’amélioration de la situation au Togo ont été proposées aux autorités du pays. Les sujets ont porté sur la détention, l’accès à la justice et production d’un document de base afin de consolider la politique carcérale au Togo.

 

Plusieurs communications ont été faites entre autres :

_ Covid19 et respect des règles minimales en matière de détention : Obligations pour les États et rôle de la société civile,

_ Etat des lieux de la gestion des prisons togolaises : entre surpopulation et respect des droits des détenus : défis et perspectives au regard de la covid19 ;

_ Quelle stratégie pour la lutte contre la surpopulation carcérale au Togo : enjeux et bonnes pratiques ;

_ Quelles stratégies pour accompagner le gouvernement dans la mise œuvre de la recommandation 25.a du Comité contre la Torture (CAT) relative à la fermeture définitive de la prison civile de Lomé ;

_ Quelles responsabilités des acteurs impliqués /parties prenantes pour la réussite de la politique carcérale au Togo.

 

Partant sur la base des constats faits par le CAT, depuis 2015, le budget de l’administration carcérale n’a connu aucune augmentation. Pis, les milieux de détention se caractérisent par l’insalubrité, le manque d’aération, de lumière, de nourriture limitée à une quantité insuffisante, de peu d’activités récréatives ou formatrices visant la réhabilitation en détention.

 

Ainsi, c’est dans le souci d’accompagner l’Etat dans ses efforts de mise en œuvre des recommandations du comité contre la torture (CAT) en lien avec le système carcéral, la lutte contre la torture et les mauvais traitements, que cette rencontre est intervenue,  avec la participation, de Ghislain Koffi Nyaku, Directeur exécutif du CACIT, des acteurs des ministères de la justice et de la sécurité, ainsi que ceux de la société civile.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID