Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

04 novembre 2020

Togo : Le Parlement ratifie 2 instruments juridiques internationaux protégeant les personnes âgées et les travailleurs migrants

 


Le Togo marque une avancée majeure dans la protection sociale des couches vulnérables et la garantie de la dignité de la personne humaine. Réunis en 7ème séance plénière de la deuxième session ordinaire de l'année ce mardi 3 novembre, les députés ont ratifié à l'unanimité deux instruments juridiques internationaux.

 

La session a été présidée par Yawa Tsegan en présence de Christian Trimua, Commissaire du gouvernement et Adjovi Lonlongno Apedo, Ministre chargée de l’action sociale. Après un débat législatif, les élus du peuple ont voté les 2 textes de lois autorisant l'exécutif togolais à intégrer dans l'ordonnancement juridique national 2 instruments protecteurs des droits de l'Homme.

 

Le 1er texte de loi voté par les députés s’intitule loi autorisant la ratification du protocole de la charte africaine des droits de l'homme et des peuples, relatif aux droits des personnes âgées.  Adopté le 31 janvier 2016 à Addis-Abeba, ce protocole vise à garantir que les personnes âgées jouissent pleinement de leurs droits sur un pied d’égalité avec les autres membres de la société.

 

Ce protocole comporte un préambule et 32 articles. Sa ratification offre l’opportunité au Togo de redynamiser l’inclusion sociale des personnes âgées, de renforcer les politiques nationales et programmes de protection sociale en leur faveur et de favoriser leur potentiel.

 

Le second texte voté est une  loi autorisant la ratification de la convention internationale sur les droits de tous les travailleurs migrants et membres de leur famille, adoptée le 18 décembre 1990 à New-York. Entrée en vigueur le 1er juillet 2003, cette Convention exhorte les Etats membres à harmoniser leurs législations en matière de traitement de ces catégories de travailleurs, actant la promotion d’une protection internationale appropriée des travailleurs migrants tout en complétant les conventions n° 97 et 143 de l’organisation internationale du travail (OIT) adoptées respectivement en 1949 et 1975.

 

Pour Mme Tsegan, le vote de ces 2 textes s’explique par l’engagement de la Représentation nationale à adhérer à la lutte en faveur d’une société plus apaisée et plus juste.

 

Se référant aux statistiques de l’Institut National de la statistique et des études économiques et démographiques du Togo (INSEED), la présidente de l’Assemblée nationale a indiqué que le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus a considérablement augmenté les 10 dernières années au Togo. « Une attention particulière doit être portée à leur égard vue le rôle non négligeable qu’elles ne cessent de jouer », a-t-elle fait savoir.

 

Sur la question des travailleurs migrants, Mme Tségan explique que la protection de leur droit est le meilleur moyen de promouvoir la souveraineté du Togo dans un monde ouvert, car, selon elle, « la protection des de l’homme et des libertés fondamentales ne devrait pas dépendre du pays où l’on vit ».

 

« J’y vois le symbole de notre engagement indéfectible à l’action du gouvernement en faveur des couches les plus vulnérables dans notre pays. Cet engagement, nous le portons avec beaucoup de détermination et de conviction, car en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli », a ajouté la présidente de l’assemblée nationale.


Ces deux textes viennent en prélude à l’étude dans les jours à venir de la loi portant nouveau code du travail et de la protection sociale au Togo.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID