Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

30 septembre 2021

L’ancien président français Nicolas Sarkozy condamné une seconde fois à un an de prison ferme

 


Le tribunal correctionnel de Paris a condamné jeudi 30 septembre Nicolas Sarkozy à une peine d'un an de prison ferme pour financement illégal de la campagne électorale de 2012 dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Une deuxième pour l’ancien président français. Il a annoncé qu'il allait faire appel.

 

La peine de l'ancien président français sera directement aménagée, a précisé le tribunal. L'avocat de Nicolas Sarkozy a immédiatement affirmé qu'il allait faire appel. Des peines allant de deux ans à trois ans et demi de prison, dont une partie avec sursis, ont été prononcées contre ses 13 coprévenus.

 

Nicolas Sarkozy, absent à l'audience jeudi, « a poursuivi l'organisation de meetings », après avoir été « averti par écrit du risque de dépassement » du plafond légal, a dit la présidente Caroline Viguier. « Ce n'était pas sa première campagne, il avait une expérience de candidat », a poursuivi la magistrate. La peine prononcée est supérieure aux réquisitions du parquet qui avait proposé un an dont six mois avec sursis.

 

Nicolas Sarkozy avait en effet déjà été candidat victorieux en 2007 et il connaissait donc le montant légal à ne pas dépasser et avait même prévenu son équipe du risque qu'il y avait à ne pas respecter les plafonds. Il avait également été averti, à deux reprises, par des notes d'alerte de l'envolée des dépenses sans pour autant réduire la voilure de ses meetings, alors que dès le 18ème, chaque nouveau meeting représentait une infraction... et il y en a eu 44.Le tribunal estime ainsi que l'ancien président a même volontairement omis d'exercer un contrôle sur les dépenses de sa campagne. 

 

En mars, il était devenu le premier ancien président français (2007-2012) à être condamné à de la prison ferme -trois ans dont un ferme-, pour corruption et trafic d'influence, dans une affaire dite « des écoutes », dans laquelle il était poursuivi pour une tentative présumée de corruption d'un juge. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID