Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

05 septembre 2021

Guinée : Alpha Condé renversé par un coup d’Etat militaire, le colonel Mamady Doumbouya, nouvel homme fort



Tout est allé très vite ce dimanche à Conakry. Investi à 83 ans le 15 décembre 2020 pour un troisième mandat très contesté et controversé à la tête de la Guinée, le président Alpha Condé a été renversé en quelques heures par un coup d’Etat militaire ce 5 septembre 2021.

 

Son arrivée au pouvoir par voir des urnes avait constitué un espoir pour la Guinée. Mais très vite, les choses se déchantent. Il a déçu son peuple, surtout avec son passage en force pour le troisième mandat.  « Rien n’a changé dans le quotidien des guinéens », indique-t-on.


Les militaires qui ont mis fin à son mandat ce dimanche affirment vouloir rétablir la démocratie. Ils justifient leur putsch par le fait que le régime Condé n’a pas pu répondre aux nombreuses attentes des guinéens. Le nouvel homme fort du pays, le colonel Mamady Doumbouya, est le commandant des forces spéciales de l'armée guinéenne, un ancien légionnaire de l’armée française.


La première condamnation internationale est venue de l’ONU. Dans un tweet, António Guterres a exigé la libération immédiate de Condé

"Je suis personnellement de très près la situation en Guinée. Je condamne fermement toute prise de pouvoir du gouvernement par la force du fusil et appelle à la libération immédiate du président Alpha Condé", a-t-il écrit.

Peu après, l'Union Africaine emboite le pas.

"Le Président en exercice de l’Union africaine S.E. Félix Tshisekedi et le Président de la commission de l’Union africaine  S.E. Moussa Faki Mahamat condamnent toute prise de pouvoir par la force et demandent la libération immédiate du Président Alpha Condé. Ils invitent le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine à se réunir d’urgence pour examiner la nouvelle situation en Guinée et pour prendre les mesures appropriées aux circonstances".

Un couvre-feu a été décrété à partir de cette nuit jusqu'à nouvel ordre dans tous le pays.


Retour sur le déroulement des évènements

Vive tension et situation confuse en Guinée. Des tirs nourris d'armes automatiques, tôt ce matin et toute la journée  dans la capitale Conakry, précisément dans le Kaloum, autour du palais de la présidence et dans certaines garnisons du pays. Le président Alpha Condé aurai été arrêté, selon les informations.

 

Sur une photo et une vidéo qui circulent sur les réseaux sociaux à la mi-journée, on voit Alpha Condé chemise ouverte, assis dans le canapé d'un salon de la présidence. Alors qu'un militaire s'adresse à lui en l'appelant « Excellence », et lui demande de dire s'il a été brutalisé, le chef de l'État ne dit mot.


Dans une deuxième vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, que RFI indique avoir pu authentifier pour l'instant, on voit le colonel Mamady Doumbouya, commandant des forces spéciales de l'armée guinéenne, annoncer la dissolution des institutions, notamment, la constitution, la fermeture des frontières et la création d'un « comité national pour le redressement et le développement », le CNRD.

 

Dans l’après-midi, un porte-parole des mutins, a livré un message à la radio-télévision nationale, la RTG, affirmant que toute l’armée est derrière lui.

 

Entouré d'hommes en armes, un drapeau guinéen sur les épaules, il a confirmé la dissolution des institutions, la suspension de la Constitution et la création d'un Comité national pour le redressement et le développement, le CNRD. Il promet un dialogue inclusif pour écrire une nouvelle Constitution et la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Sur sa page Facebook, le ministère guinéen de la Défense publie un communiqué pour dire que les assaillants ont été repoussés.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID