Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

05 novembre 2021

Togo : « L’éducation est un bien trop précieux pour être laissé aux amateurs », Dodzi Kokoroko


                                                

Le ministre des enseignements primaire, secondaire et technique est enfin sorti de son silence et s’est prononcé ouvertement et publiquement sur les derniers développements survenus  dans le secteur de l’éducation au Togo. Les plus de 1300 enseignants qui ont perdu leurs fonctions de directeurs d’établissements préscolaire et primaire publics ces derniers 24 heures ont bel et bien été sanctionnés des suites de la grève déclenchée par la FESEN, at-il déclaré.

 

Prof. Dodzi Komla Kokoroko, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été reçu ce vendredi dans le journal de 20 heures sur la télévision nationale (TVT). L’homme dit que le reste de la procédure suit son cours et d’autres décisions vont suivre dans les prochains jours.

 

Pour lui, la question de la gratification exceptionnelle ne peut pas être au cœur d’un quelconque débrayage. Il s’agit, selon lui, d’une promesse (acquise), une simple libéralité de nature bénévole. Conclusion, certains syndicats font une interprétation erronée et variée du protocole d’accords en vigueur avec l gouvernement.

 

Il est revenu sur les injonctions faites par le gouvernement appelant les enseignants à sursoir à leur grève sous peine de sanction, car ce mouvement d’humeur est illégal. Le ministre fait savoir qu’en sanctionnant les directeurs, ils n’a fait qu’appliquer les lois en vigueur.

 

Pour lui, il n’y a pas de problème, ni  de crise  dans le secteur de l’éducation et ceux s’agitent doivent rentrer dans les rangs et le syndicalisme constructif.  Ceux qui se plaignent, souligne-t-il, sont dans des postures émotives et entretiennent l’amalgame.

 

Cependant, a-t-il expliqué, il a plu à la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) de procéder de nouveau à une lecture qu’il qualifie de ‘lacunaire’ des dispositions qui encadrent le droit de grève dans le secteur de l’éducation.

 

« La question éducative est un bien trop précieux pour être laissé aux amateurs et à tous ceux qui se livrent à des conclusions hâtives circonstanciées sur fond d’émotions. Quand on observe une grève illégale, des sanctions sont prévues par les lois », a-t-il lancé à qui veut l’entendre.

 

« Le gouvernement très attentif à la condition enseignante et vu l’exemplarité des enseignants durant la crise de la Covid-19, a proposé une gratification aux enseignants. La gratification juridiquement, c’est une libéralité de nature bénévole que l’employeur met à la disposition des employés. Sa mise en œuvre et son opposabilité convoquent un certain nombre de de conditions, lesquelles ne sont pas encore réunies », a-t-il souligné.

 

« Les portes de la discussion sont toujours ouvertes, pas de tergiversations quand du bonheur des enfants. Le chantage ne construira plus cette République. L’école togolaise sera demain la meilleure », a-t-il conclue

 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Facebook Comments APPID